(Montréal) Le prix moyen d’une propriété dans les « régions récréatives du Canada » augmentera de 15 % en 2021 pour atteindre 502 730 $, a indiqué mardi la société immobilière Royal LePage, alors que la pandémie incite les acheteurs à explorer la vie à la campagne.

Mis à jour le 23 mars 2021
Jon Victor La Presse Canadienne

Royal LePage a révisé à la hausse son estimation précédente, publiée en novembre, en raison de la demande croissante non comblée des acheteurs potentiels, qui continuent de rechercher activement des propriétés pour leurs escapades de week-end et le travail à distance.

« D’un océan à l’autre, la frontière entre la résidence principale et la propriété récréative s’estompe », a affirmé dans un communiqué le président et chef de la direction de Royal LePage, Phil Soper.

« La tendance a commencé l’été dernier lorsque l’option de voyager à l’étranger a été écartée, et a continué de gagner en popularité, car il est devenu clair qu’avec l’accès à internet haute vitesse, beaucoup de gens peuvent travailler d’à peu près n’importe où. »

L’épargne supplémentaire des travailleurs qui restent à la maison depuis le début de la pandémie, jumelé à la faiblesse des taux d’intérêt, a aussi contribué à la croissance du nombre d’acheteurs dans les régions récréatives, a expliqué M. Soper.

La société immobilière prévoit que les propriétés récréatives de l’Ontario et du Canada atlantique connaîtront les plus fortes augmentations, soit 17 %.

Les prix au Québec et en Colombie-Britannique devraient augmenter respectivement de 15 % et 13 %.

Les pénuries de maisons inscrites à la vente débouchent souvent sur des situations d’offres multiples, qui se traduisent souvent par des ventes à des prix supérieurs à ceux demandés, a noté Royal LePage.

L’augmentation prévue fait suite à une année de forte appréciation des prix des chalets tout au long de 2020. Le prix moyen des propriétés récréatives au Canada a augmenté l’an dernier de 16 % pour s’établir à 437 156 $ par rapport à 2019.

La migration vers le télétravail a déjà entraîné des investissements d’infrastructure dans certaines régions populaires pour leurs propriétés récréatives. Purolator a indiqué plus tôt cette année qu’il augmenterait la capacité de ses terminaux plus éloignés pour qu’ils puissent traiter la croissance des livraisons de colis dans ces régions.