La croissance économique aux États-Unis durant les prochains trimestres de sortie de crise s’annonce désormais comme la plus forte depuis les années 1980, indiquent les analystes de Scotia Capital, principale filiale boursière de la Banque Scotia, dans leur plus récent bulletin de stratégie de placement.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

« Les retombées du plan de relance de 1900 milliards US récemment adopté par l’administration Biden devraient mettre la croissance économique américaine sur une voie encore plus rapide », peut-on lire dans ce bulletin.

« L’économie américaine devrait croître d’au moins 5,6 % en 2021, selon les prévisions consensus parmi les économistes bancaires, ce qui marquerait sa plus forte expansion depuis 1983. Mais les économistes de la Banque Scotia sont plus optimistes, fixant la croissance économique aux États-Unis à 6,3 % en 2021 et au moins 3,9 % en 2022 », selon les analystes de Scotia Capital.

Du point de vue d’investisseurs en Bourse, notent-ils, « une forte croissance économique stimulera la croissance des revenus et des bénéfices des entreprises d’ici deux ans, ce qui devrait favoriser le rendement des actions qui est basé sur la progression des bénéfices ».

D’ailleurs, les propos de conjoncture favorable des analystes de Scotia Capital ont coïncidé mercredi avec ceux des dirigeants de la très influente Réserve fédérale américaine (Fed).

Dans leur énoncé mensuel de politique monétaire, les dirigeants de la Fed ont fortement révisé à la hausse – de 4,5 % à 6,5 % – leur prévision de croissance annualisée du PIB réel de l’économie américaine en 2021.

Et au Canada ?

« L’économie canadienne devrait également rebondir fortement. Le consensus [parmi les économistes bancaires] appelant à une croissance économique de 5,2 % en 2021 et de 4 % l’an prochain », selon les analystes de marchés de Scotia Capital.

Mais du point de vue des économistes de l’agence de notation financière Fitch Ratings, l’économie canadienne devrait bénéficier encore plus du fort rebond de croissance économique chez le voisin américain au cours des prochains trimestres.

Par conséquent, l’agence Fitch Ratings rehausse considérablement, de 4,5 % à 6,1 %, sa prévision de croissance du PIB de l’économie canadienne en 2021.

« Cela reflète une performance économique meilleure que prévu depuis quelques mois, ainsi que les retombées des perspectives économiques plus solides aux États-Unis », écrivent les économistes de Fitch Ratings dans leur bulletin de conjoncture distribué mercredi parmi sa clientèle d’investisseurs et de financiers institutionnels.

En outre, selon Fitch Ratings, « les retombées du plan de relance américain [de 1900 milliards US de l’administration Biden] sur le commerce et l’investissement au Canada s’annoncent considérables ».

Aussi, signale Fitch Ratings, alors que la « réouverture économique » s’accélère au Canada avec les progrès de la vaccination, « le renforcement de la demande mondiale de pétrole, de minéraux, de matières premières et de produits alimentaires de base rehausse également les perspectives de croissance économique du Canada ».