(Washington) Le nombre de chômeurs indemnisés a fortement baissé aux États-Unis, ce qui suggère un redressement du marché du travail, mais certains allocataires sont arrivés en fin de droits.

Julie CHABANAS
Agence France-Presse

Ce tableau est brossé au moment où les négociations entre la Maison-Blanche et l’opposition démocrate sur un nouveau plan de soutien économique sont dans l’impasse à moins de deux semaines de l’élection présidentielle.

Les nouvelles demandes d’allocations-chômage ont continué à reculer la semaine passée, 787 000 personnes ayant pointé au chômage contre 842 000 la semaine précédente, selon des chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Mais surtout, note d’optimisme dans un marché de l’emploi déprimé, le nombre de chômeurs indemnisés diminue fortement. Pour la troisième semaine d’affilée, un million de personnes sont sorties des rangs.

S’ils ne reçoivent plus d’allocation chômage, c’est, pour environ la moitié d’entre eux, parce qu’ils ont trouvé un nouvel emploi. C’est une bonne nouvelle pour le président Donald Trump, qui brigue un second mandat et se présente comme le meilleur candidat pour remettre l’économie, paralysée par la pandémie de coronavirus, sur de bons rails.  

La raison pouvant aussi expliquer la baisse des indemnisations est que certaines personnes sont au chômage depuis plus de six mois et ne peuvent par conséquent plus prétendre à une allocation.

Aux États-Unis, chacun des 50 États fixe le montant des allocations chômage et la durée.

Six mois de prestations

« La plupart des États accordent six mois de prestations, et octobre marque le huitième mois de cette crise. Cela signifie que de nombreux travailleurs sont arrivés au bout de leurs droits au chômage », a commenté dans un tweet Heidi Shierholz, de l’Economic policy institute, un centre de réflexion de gauche.

Ces chômeurs peuvent alors « basculer » vers une aide spécifique, la Pandemic Emergency Unemployment Compensation (PEUC), « qui offre 13 semaines supplémentaires d’allocations », soit un peu moins de trois mois, détaille cette ancienne cheffe économiste du département du Travail sous la présidence de Barack Obama.  

Au total, ce sont un peu plus de 23 millions de personnes qui touchent ces aides.

Jusqu’à la fin du mois de juillet, une aide supplémentaire de 600 dollars par semaine était versée à tous.

Mais cette mesure, adoptée fin mars dans le gigantesque plan de relance initial de 2200 milliards de dollars, a expiré, laissant la place à une assistance au montant minoré, versée en partie par chaque État, et en partie par le gouvernement fédéral. Certains États ont même refusé de mettre la main à la poche. Résultat : leurs habitants ne perçoivent pas cette aide.

« Proche »

Dans ce contexte, les yeux restent tournés vers la capitale du pays, Washington, où la Maison-Blanche et les démocrates du Congrès sont engagés depuis trois mois dans des négociations tendues, pour tenter d’adopter de nouvelles aides aux entreprises et aux ménages. Ce soutien devrait comprendre des fonds pour les chômeurs.

Les deux camps se renvoient la balle.

Le chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mark Meadows, a dit jeudi soir qu’il espérait un accord, déplorant toutefois qu’à chaque avancée, « l’objectif est déplacé » : « Ça change à chaque fois ».

« Cela ne va pas affecter l’élection. “Trouvons un accord, annonçons-le, et assurons-nous que l’aide soit en route pour la grande majorité du peuple américain” », a-t-il plaidé.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, en charge des négociations côté démocrate, s’était pourtant montrée optimiste jeudi matin, assurant que « les deux côtés veulent un accord ».

« Nous avons mis sur le papier les pans les plus simples de l’accord. C’est proche, c’est proche », a-t-elle assuré.

Elle avait toutefois déploré qu’un compromis dépende du président Donald Trump, qui, tantôt « veut » un accord, « jusqu’à ce qu’il (n’en) veuille plus ».

Le locataire de la Maison-Blanche a en effet opéré de multiples volte-face sur le sujet. Il a même annoncé brutalement la fin des négociations, il y a quelques semaines, avant d’opter pour des mesures ciblées.

Et, à moins de deux semaines désormais de l’élection présidentielle du 3 novembre, l’adoption au Sénat d’un éventuel compromis et sa mise en œuvre semblent très incertaines.