(Ottawa) L’économie canadienne a créé 378 000 emplois en septembre, alors que les ménages canadiens se sont ajustés aux routines de la rentrée scolaire et que plusieurs parents sont retournés au travail, a indiqué vendredi Statistique Canada.

La Presse Canadienne

Les gains de septembre ont ramené l’emploi à moins de 720 000 de son niveau de février, soit avant la pandémie, a précisé l’agence fédérale.

Les mères et les pères ont retrouvé des niveaux d’emploi qui correspondaient à ceux enregistrés avant la pandémie, a ajouté Statistique Canada, tout en notant qu’il fallait plus de temps aux mères pour revenir à leur nombre normal d’heures de travail.

Le nombre de mères qui travaillaient moins de la moitié de leurs heures habituelles en septembre était supérieur de 70 % à celui de février, contre 23,7 % pour les pères.

L’agence a également souligné qu’un pourcentage plus élevé de mères que de pères ont déclaré travailler à domicile au cours du mois, ce qui pourrait suggérer que les responsabilités liées à la garde des enfants incombaient toujours aux femmes.

Dans l’ensemble, le taux de chômage a reculé à 9,0 %, poursuivant sa baisse par rapport à son sommet record de 13,7 % du mois de mai.

Les économistes s’attendaient à un rythme plus lent de création d’emplois en septembre, après la trajectoire de l’été. Le marché du travail canadien a accueilli 240 000 nouveaux emplois en août, ce qui représentait un ralentissement par rapport à son gain 418 500 emplois de juillet.

En moyenne, les économistes tablaient sur la création de 156 600 emplois en septembre, et sur un taux de chômage de 9,7 %, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les gains du marché de l’emploi en septembre étaient surtout composés de postes à temps plein. Leur nombre a grimpé de 334 000, après des mois de progression plus rapide pour l’emploi à temps partiel.

Le taux de chômage québécois recule à 7,4 %

Du côté des provinces, les progressions les plus rapides ont été celles enregistrées par le Québec et l’Ontario. Le nombre d’emplois n’a diminué qu’au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard.

Au Québec, 76 700 emplois ont été créés en septembre par rapport au mois précédent, et le taux de chômage a diminué de 1,3 point pourcentage à 7,4 %. Dans les cinq derniers mois, 706 900 emplois ont été créés dans la province, ce qui fait en sorte que 85 % des emplois perdus en février et avril ont été récupérés.

« Nos efforts pour soutenir les Québécois et les entreprises montrent des résultats, mais il faut continuer d’être prudent et de respecter les consignes sanitaires pour protéger notre économie », a affirmé le ministre québécois des Finances, Eric Girard, dans un message transmis sur Twitter.

Malgré tout, 1,8 million de Canadiens étaient sans emploi en septembre, et la grande majorité, environ 1,5 million, était à la recherche de travail.

Selon Statistique Canada, le taux de chômage aurait été de 11,9 % en septembre s’il avait inclus dans son calcul les personnes qui auraient voulu travailler, mais qui ne cherchaient pas d’emploi.

Selon l’économiste Royce Mendes, de la Banque CIBC, la voie à suivre pour le marché du travail n’est pas claire en raison de l’augmentation du nombre de cas de COVID-19.

« Le pays est maintenant confronté à de nouveaux cas de virus qui évoluent clairement dans la mauvaise direction, menaçant de perturber la reprise du marché du travail », a-t-il écrit.