(Ottawa) Le gouvernement fédéral devrait enregistrer un déficit de 328,5 milliards de dollars durant le présent exercice financier qui prend fin le 31 mars, selon les dernières estimations du directeur parlementaire du budget (DPB) Yves Giroux.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Dans une mise à jour de ses projections budgétaires rendues publiques mardi, le DPB estime que ce déficit record sera temporaire si les mesures sans précédent adoptées par le gouvernement Trudeau depuis le début de la pandémie prennent fin comme prévu dès lors où un vaccin ou un traitement efficace sera mis au point et rendu largement disponible.

Les calculs du DPB pour l’exercice financier en cours sont légèrement inférieurs aux projections émises par l’ancien ministre des Finances Bill Morneau en juillet quand il estimait que le déficit atteindrait la somme record de 343 milliards de dollars.

« D’après la politique actuelle, l’augmentation record des dépenses en 2020-2021 devrait être temporaire. Nous prévoyons que le déficit budgétaire sera ramené à 73,8 milliards de dollars (3,2 % du PIB) en 2021-2022 et qu’il continuera de diminuer par la suite. Néanmoins, au-delà de 2020-2021, nous prévoyons que les déficits budgétaires seront supérieurs d’environ 40 milliards de dollars, en moyenne, chaque année, par rapport à nos perspectives de novembre 2019 », affirme M. Giroux dans un rapport très attendu par les parlementaires.

« Conformément au scénario de type “combustion lente” de l’Agence de la santé publique du Canada, notre prévision de référence suppose qu’il n’y aura pas de deuxième vague sévère d’infections1. Nous partons du principe que les mesures en matière de santé publique seront maintenues au cours des 12 à 18 prochains mois, au fur et à mesure qu’un vaccin ou un traitement efficace sera mis au point puis rendu largement disponible. Un tel scénario épidémiologique est certes parmi les meilleurs résultats possibles », ajoute le PBO dans le rapport.

Les projections s’appuient aussi sur une politique monétaire « très accommodante » à moyen terme de la Banque du Canada qui devrait maintenir son taux d’intérêt cible à sa valeur plancher actuelle, soit 0,25 %, jusqu’en 2023.

Dans son discours du Trône, le gouvernement Trudeau a annoncé que la nouvelle ministre des Finances Chrystia Freeland déposera une mise à jour économique et financière cet automne, vraisemblablement en novembre. Un budget en bonne et due forme devrait être déposé au printemps par le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau.