(Washington) La confiance des consommateurs américains s’est nettement améliorée en septembre et bien plus que prévu, selon l’indice du Conference Board publié mardi, un indicateur favorable de nature à rassurer Donald Trump qui participera mardi soir au premier débat de la campagne présidentielle.

Agence France-Presse

L’indice a bondi de 15,5 points pour se hisser à 101,8, alors que les analystes tablaient sur 88,5 points. Ce niveau reste toutefois bien inférieur à celui enregistré en septembre 2019 (126,3) et en février 2020 (132,6), avant que la pandémie de COVID-19 n’entraîne la chute de l’activité économique.

Cette amélioration survient après deux mois consécutifs de dégradation, liée à la reprise de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis.

« La confiance des consommateurs a fortement augmenté en septembre, après des baisses mensuelles consécutives, mais reste en deçà des niveaux prépandémiques », a commenté Lynn Franco, directrice principale des indicateurs économiques au Conference Board.  

« Une vision plus favorable des conditions actuelles des entreprises et du marché du travail, associée à un optimisme renouvelé quant aux perspectives à court terme, a contribué à stimuler le rebond de la confiance ce mois-ci », a-t-elle ajouté.  

De plus, les consommateurs ont exprimé un plus grand optimisme quant à leurs perspectives financières à court terme, « ce qui pourrait empêcher les dépenses de ralentir davantage dans les mois à venir », a-t-elle relevé.

Impasse sur de nouvelles aides

La solidité de la confiance des ménages est fondamentale pour la reprise économique américaine, puisque la consommation est le moteur historique de la croissance, comptant pour quelque 70 % du PIB américain.

Donald Trump pourrait y faire référence lors de son face-à-face mardi soir avec le démocrate Joe Biden.

La hausse enregistrée en septembre est la plus forte en 17 ans, a souligné dans une note Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

Dans le détail, la composante mesurant la situation actuelle, basée sur l’évaluation par les consommateurs des conditions actuelles des entreprises et du marché du travail, a fortement augmenté, passant de 85,8 à 98,5 points en septembre (+12,7 points).

Celle mesurant les attentes, basée sur les perspectives à court terme des consommateurs en matière de revenus, d’activité et de marché du travail, a rebondi encore plus : +17,4 points à 104.

« La confiance s’est améliorée dans tout le pays, à l’exception de la région du centre-nord-ouest, qui comprend des États très durement touchés par la dernière poussée de COVID-19, notamment les Dakota » (du Nord et du Sud, NDLR), a relevé M. Shepherdson.

Selon lui, cette amélioration à l’échelle nationale s’explique probablement par la flambée à Wall Street et la baisse inattendue du chômage en septembre.  

Il s’attend néanmoins à une nouvelle dégradation en octobre, en raison d’une reprise poussive du marché du travail avec toujours un grand nombre de licenciements.

De plus, les ménages les plus vulnérables font face à une baisse de leurs revenus alors que les prestations de chômage améliorées ont expiré et que démocrates et républicains du Congrès ne parviennent pas à faire voter une rallonge des aides aux familles et entreprises.

« Nous sommes prêts à conclure un accord sur des éléments ciblés qui rencontrent un soutien bipartisan », a toutefois assuré mardi Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison-Blanche sur CNBC.

Lundi, les démocrates ont présenté au Congrès un plan d’aide de 2200 milliards de dollars à l’économie américaine, rabotant plus de 1000 milliards à une première proposition dans l’espoir de convaincre les républicains après des mois de surplace.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin se sont parlé mardi matin « pendant environ 50 minutes », a indiqué sur Twitter Drew Hammill, porte-parole de Mme Pelosi, ajoutant qu’ils avaient passé en revue les dispositions de la proposition de loi.

« Ils sont convenus de se reparler demain » mercredi, a-t-il ajouté sans dévoiler l’éventuelle avancée des discussions.