(Londres) Les prix du pétrole, qui avaient démarré en légère baisse à Londres, se sont redressés jeudi, mais restent toujours sous l’influence des préoccupations qui entourent la demande et la reprise de la production et des exportations en Libye.

Agence France-Presse

Le baril américain de WTI pour novembre a avancé de 0,95 % par rapport à la clôture de mercredi à 40,31 dollars (+38 cents).

Celui de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a pris 0,40 % à 41,94 dollars contre 41,77 dollars la veille (+17 cents).

La veille, les deux cours de référence avaient respectivement gagné 0,32 % et 0,12 % à la suite de la publication de l’état des stocks américains par l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA), montrant un recul des réserves.

Gary Cunningham de Tradition Energy se montrait perplexe vis-à-vis de l’évolution des prix du brut : « On voit des chiffres de la demande en baisse, une offre en surplus et un dollar plus fort. Tout cela devrait faire baisser les prix, mais ils montent ». « On n’a pas d’explication », concédait l’analyste.

Tamas Varga, analyste de PVM, mettait encore en avant « les inquiétudes croissantes à propos de l’augmentation de l’offre d’or noir et la situation de l’économie mondiale », signaux selon lui d’un contexte pétrolier « tout sauf encourageant ».

Pour la seule Europe, la pandémie de COVID-19 a déjà contaminé plus de cinq millions de personnes, et le Royaume-Uni et la France ont annoncé ces derniers jours de nouvelles mesures pour restreindre la diffusion du virus.

« L’attention se porte également sur la reprise des approvisionnements en pétrole en provenance de Libye, où les chargements devraient reprendre », a complété Al Stanton, de RBC.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé le week-end dernier la reprise de la production et des exportations d’or noir sur les sites qu’elle a qualifiés de « sûrs », au lendemain de l’annonce par l’homme fort de l’est de ce pays, Khalifa Haftar, de la levée d’un blocus de huit mois imposé par ses forces.