(Washington) Près d’un Américain sur six n’a pas pu payer son loyer en juin à cause de la crise de la COVID-19, et près d’un sur trois est inquiet pour l’échéance de juillet, selon des données du Bureau du recensement.

Agence France-Presse

Un peu plus de 16 % des personnes interrogées ont déclaré n’avoir pas pu payer leur loyer en juin, et 30,6 % se disent peu ou pas confiantes quant à leur capacité à payer celui de juillet, selon une enquête menée auprès de 73,8 millions de personnes entre le 2 et le 7 juillet.

Près de la moitié des Américains a connu une diminution de salaire depuis la mise en place de mesures massives de confinement aux États-Unis mi-mars, selon le Census Bureau.

Cette étude, menée chaque semaine depuis la fin du mois de mars, doit permettre de mensurer « la manière dont la vie des gens a été touchée par la pandémie de COVID-19 », détaille le Census Bureau sur son site internet.

Certains chiffres sont obtenus à partir de questionnaires envoyés chez les particuliers, d’autres en compilant les données collectées par les différentes agences fédérales.

La pandémie a fait perdre leur emploi à plusieurs dizaines de millions d’Américains, et ils étaient 32 millions à être inscrits au chômage à la fin du mois de juin, contre 1,6 million un an plus tôt, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Les États-Unis comptent un peu plus de 328 millions d’habitants.

Les cas de COVID-19 explosent de nouveau aux États-Unis depuis un mois, notamment en Floride.