(Ottawa) Le fédéral et les provinces ont finalement conclu une entente prévoyant qu’Ottawa allongera près de 20 milliards de dollars afin de rouvrir l’économie de manière sécuritaire.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le premier ministre Justin Trudeau en a fait l’annonce en compagnie de sa vice-première ministre Chrystia Freeland au parlement, jeudi après-midi, précisant que le pacte était assorti d’un transfert fédéral de quelque 19,5 milliards de dollars.

Sept « domaines prioritaires » ont été identifiés pour l’utilisation de ces fonds, a indiqué Justin Trudeau.

Il aura fallu plusieurs semaines avant que le fédéral s’entende avec les provinces et les territoires. Le gouvernement Trudeau avait initialement déposé une offre de transfert d’un montant total 14 milliards $ au début du mois de juin, dans un contexte de réouverture de l’économie.

Des ficelles y étaient cependant rattachées, ce qui déplaisait fortement à des premiers ministres provinciaux jaloux de la compétence de leur ordre de gouvernement en matière de santé, notamment François Legault au Québec et Doug Ford en Ontario.

Le premier ministre Trudeau arguait que cet argent devait servir à acheter de l’équipement de protection, à payer les frais de garde, à offrir davantage de financement aux municipalités, à payer des congés de maladie ainsi qu’à soutenir les plus vulnérables, comme les aînés qui vivent dans les CHSLD.

Il justifiait le fait que ces transferts soient ciblés en plaidant qu’Ottawa avait « une idée très claire sur les éléments essentiels à [une] réouverture sécuritaire », et que les Canadiens devaient « avoir les mêmes outils, la même confiance, pour faire face à une potentielle deuxième vague » et rouvrir l’économie.

Selon ce que le quotidien Le Devoir a rapporté un peu plus tôt, jeudi, les provinces ont fait front commun contre le gouvernement Trudeau pour obtenir des concessions.

La frontière canado-américaine reste fermée

Le premier ministre Trudeau a par ailleurs confirmé jeudi ce qui était devenu une évidence, soit que l’entente sur la fermeture de la frontière entre le Canada et les États-Unis a été prolongée d’un autre mois, jusqu’au 21 août.

Les déplacements non essentiels sont interdits depuis le 21 mars dernier, alors que l’éclosion de la COVID-19 commençait à se matérialiser dans les deux pays. Depuis, les cas ont explosé aux États-Unis ; ces derniers temps, les États méridionaux comme la Floride et la Californie ont été frappés de plein fouet.

En date du 16 juillet, on recensait au sud de la frontière le plus grand nombre de cas d’infections ; selon le Center for Systems Science and Engineering de l’Université Johns Hopkins, il y en avait plus de 3,5 millions, incluant près de 138 000 décès.