Les constructeurs d'habitations ont connu un mois de mars fort occupé au Québec. Les logements mis en chantier ont bondi de 37 % comparativement au même mois l'an dernier. Le sursaut de l'activité a été tel que le nombre de mises en chantier est maintenant supérieur à l'an passé après un trimestre, alors qu'il accusait un retard après les deux premiers mois de 2019.

ANDRÉ DUBUC LA PRESSE

Après les trois premiers mois de l'année, la hausse est de 10 %. Les logements sortis de terre se chiffrent à 7493 par rapport à 6839 unités de janvier à mars 2018, selon le décompte réalisé par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), publié hier.

De janvier à mars 2019, il s'est construit 5089 logements dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Au premier trimestre de 2018, c'était 4475 nouveaux logements. La hausse en rythme annuel atteint 12 %. Il s'agit de la meilleure performance depuis 2009, souligne la SCHL.

Tant au Québec qu'à Montréal, l'augmentation du volume se concentre dans les logements locatifs. « Les faibles taux d'inoccupation, le vieillissement de la population et la proportion accrue de jeunes ménages qui optent maintenant pour le marché locatif continuent de stimuler les mises en chantier d'unités locatives », explique l'organisme fédéral dans un communiqué.

Attentisme

Au téléphone, Lukas Jasmin-Tucci, économiste de la SCHL, affirme qu'il attendra que la hausse se confirme dans les prochains mois avant de parler de virement de tendance. Si une hirondelle ne fait pas le printemps, un mois ne fait pas une tendance, rappelle l'analyste de marché.

Même attentisme chez Desjardins. 

« J'attends les statistiques des prochains mois avant de réviser à la hausse les prévisions. Le phénomène observé en mars est peut-être temporaire. » - Hélène Bégin, économiste

Dans la RMR de Montréal, Mme Bégin constate néanmoins que l'offre de logements collectifs semble se raffermir sous l'influence du faible taux d'inoccupation des logements locatifs, d'une part, et de la forte demande pour le condo, d'autre part.

Le mois dernier, La Presse a rapporté que les ventes de condos neufs avaient crû de 19 % l'an dernier dans la région de Montréal, citant des données du groupe Altus, qui analyse les projets de 20 logements et plus. La statistique sur les ventes du neuf sert donc d'indicateur avancé sur les mises en chantier à venir, puisque le gros de ces transactions survient à l'étape de la prévente, soit avant la mise en chantier de l'immeuble. À la condition, bien évidemment, que les projets aillent de l'avant.

Vincent Shirley, directeur principal, innovation et stratégies de croissance, chez Altus, est persuadé que les mises en chantier vont bel et bien repartir à la hausse dans les prochains mois. « La politique monétaire de la Banque du Canada restera sans doute accommodante d'ici la fin de 2019, et le budget fédéral est venu aider les premiers acheteurs. »

Dans son budget, Ottawa a proposé de récupérer 5 % de l'hypothèque sur l'achat d'une maison existante, en échange d'une part de la propriété de la maison, pour les ménages gagnant moins de 120 000 $ et dont l'hypothèque a été approuvée sans être supérieure à un montant équivalant à quatre fois leur revenu annuel. Cette aide peut atteindre 10 % si la maison est neuve, à certaines conditions.

Le montant qu'un acheteur de première maison - ainsi que d'autres acheteurs, dans certaines circonstances spéciales - peut emprunter dans son propre compte REER pour réaliser son acquisition a également été porté de 25 000 $ à 35 000 $.

- Avec La Presse canadienne