Neuf mois après avoir vu son procès pour délit d'initiés avorter, l'homme d'affaires montréalais David Baazov poursuit l'Autorité des marchés financiers lui reprochant d'avoir déposé des accusations « volontairement abusives et malicieuses » à son endroit il y a trois ans.

RICHARD DUFOUR LA PRESSE

Le fondateur et ex-PDG d'Amaya (aujourd'hui Groupe Stars) réclame 2 millions de dollars au gendarme boursier québécois.

Cette requête est considérée non fondée par l'AMF qui entend la contester « vigoureusement ». « Par respect pour le processus judiciaire, nous ne ferons aucun autre commentaire », a simplement commenté le porte-parole Sylvain Théberge.

L'AMF avait tenté sans succès de faire condamner David Baazov, notamment, pour tuyautage, complot et manipulation de titres relativement à l'acquisition de PokerStars pour 5 milliards US il y a cinq ans, alors que David Baazov dirigeait Amaya.

Le procès pour délit d'initié de David Baazov, l'un des plus importants du genre au Québec, a avorté en juin dernier après qu'un juge de la Cour du Québec eut décrété l'arrêt du processus judiciaire. Le juge avait vivement critiqué l'AMF pour sa gestion de la preuve après que la défense s'est plainte que l'équité du procès était en péril.