Créée il y a seulement un an, la chaîne chinoise de cafés Luckin a déclaré jeudi vouloir ouvrir 2500 nouveaux points de vente cette année en Chine, afin d'y détrôner Starbucks.

Mis à jour le 3 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

La jeune pousse prévoit d'avoir un total de 4500 cafés d'ici fin 2019, soit davantage que les 3600 du géant américain dans le pays.

La Chine est le deuxième marché pour Starbucks après les États-Unis. Mais la firme de Seattle y est bousculée par Luckin. Ce dernier vise particulièrement les jeunes, en leur offrant la possibilité de commander leur café grâce à une application mobile et de se le faire livrer.

Il compte notamment sur de fortes réductions afin d'attirer les consommateurs. D'autres compagnies chinoises, comme Didi Chuxing, une entreprise de réservation de taxis et de voitures qui a évincé le mastodonte Uber du marché chinois, emploient déjà cette tactique.

« Ce que nous voulons, à l'heure actuelle, c'est gagner en échelle et en vitesse », a déclaré jeudi à la presse Yang Fei, le directeur général du marketing de Luckin.

« Il n'est pas pertinent de parler de bénéfices », a-t-il souligné, précisant que l'entreprise continuera à offrir des promotions ces prochaines années afin d'attirer davantage de consommateurs.

La consommation de café, autrefois marginale, a nettement augmenté durant la dernière décennie en Chine. Un phénomène amplifié par les Chinois revenus au pays après avoir étudié ou travaillé à l'étranger.

En 2017, les ventes de café par les chaînes spécialisées comme Starbucks ou Luckin ont atteint en Chine les 30 milliards de yuans (5,75 milliards de dollars). Elles devraient atteindre les 1000 milliards en 2025, selon le cabinet de conseil chinois Qianzhan.