Les nouvelles simulations de crise imposées par Ottawa aux acheteurs de maisons sont responsables d’au moins la moitié du déclin du nombre de nouveaux prêts hypothécaires, affirme un rapport de la Banque CIBC.

La Presse canadienne

Selon Benjamin Tal, économiste en chef adjoint chez Marchés mondiaux CIBC, la valeur totale des nouveaux prêts hypothécaires a chuté de 8 %, ou de 25 milliards, en 2018.

M. Tal estime que l’incidence des nouvelles simulations de crise représente entre 13 milliards et 15 milliards de cette baisse.

Les nouvelles simulations de crise sont entrées en vigueur l’année dernière. Elles exigent des acheteurs qu’ils prouvent qu’ils peuvent rembourser un prêt hypothécaire non assuré à un taux supérieur à celui auquel ils sont admissibles avant de recevoir un prêt d’une institution financière régie par le gouvernement fédéral.

M. Tal croit que même si la simulation de crise était probablement nécessaire, les autorités réglementaires devraient la revoir. Selon lui, elle ne tient pas compte du fait que les revenus des emprunteurs vont probablement augmenter pendant toute la durée de leur prêt hypothécaire, entre autres.