Le requin tournait autour de sa proie depuis quelques mois déjà, il vient de sortir les crocs et de passer à l'attaque. Vivendi a officiellement lancé jeudi une offre d'achat hostile sur Gameloft, un éditeur de jeux vidéo mobiles dont le principal studio de production est à Montréal. Une transaction qui pourrait par ailleurs être un présage de ce qui attend Ubisoft, cousine de Gameloft.

Publié le 18 févr. 2016
JEAN-FRANÇOIS CODÈRE LA PRESSE

Accumulant depuis des mois les actions de Gameloft et d'Ubisoft via les marchés publics, Vivendi a franchi jeudi le seuil des 30% dans la première, l'obligeant du même coup à déclencher une offre sur la totalité de l'entreprise.

Vivendi offre six euros par action, une prime de 11% par rapport au prix de clôture de l'action de Gameloft mercredi. C'est surtout une prime de 50% par rapport au prix de l'action de Gameloft avant l'arrivée de Vivendi dans le portrait, en octobre dernier.

La multinationale française est engagée dans un bras de fer avec la famille Guillemot, qui a fondé et contrôle toujours à la fois Gameloft et Ubisoft.