Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a déclaré mercredi que le reste du monde ne pouvait «pas dépendre des États-Unis pour être le seul moteur de la croissance».

Publié le 10 févr. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Dans un discours sur la proposition de budget 2017 de la Maison-Blanche, prononcé devant la Commission financière du Sénat, M. Lew a noté que le rythme d'expansion des États-Unis «excédait substantiellement» celui de la plupart de leurs grands partenaires commerciaux.

«En dépit de la récente volatilité que nous avons vue sur les marchés financiers, la croissance économique continue à un rythme solide», a déclaré M. Lew. Les prévisions tablent sur une croissance autour de 2,5% cette année aux États-Unis.

M. Lew a reconnu toutefois que «la faible demande à l'étranger» pour les exportations américaines «a été et continuera d'être un frein important à la croissance».

«Le reste du monde ne peut pas dépendre des États-Unis pour être le seul moteur de la croissance», a-t-il ajouté encourageant les partenaires internationaux à mettre en place «des politiques fortes et exhaustives de soutien à la croissance».