Comme il fallait s'y attendre, la Banque du Canada a reconduit mercredi son taux directeur qu'elle avait fixé à 0,5% à la mi-juillet.

Mis à jour le 9 sept. 2015
Rudy Le Cours LA PRESSE

«La Banque est d'avis que les risques liés aux perspectives concernant l'inflation demeurent dans la zone pour laquelle la politique monétaire actuelle est appropriée», précise-t-elle dans le communiqué faisant part de sa décision.

Les autorités monétaires expliquent que le faible taux d'inflation total est dû «à la baisse en glissement annuel des prix des produits énergétiques de consommation».

En revanche, si l'inflation de base, qui exclut les composantes les plus volatiles de l'indice des prix à la consommation, dépasse la cible de 2%, c'est que «les pressions désinflationnistes attribuables à la marge des capacités excédentaires au sein de l'économie (sont) contrebalancées par les effets transitoires de la dépréciation passée du dollar canadien et certains facteurs sectoriels».

La Banque s'attend à ce que les ajustements structurels en cours dans l'économie canadienne durent longtemps en raison de leur complexité.

Elle précise que le portrait global des exportations canadiennes reste «incertain».

Enfin, l'incertitude entourant les perspectives de croissance en Chine crée beaucoup de volatilités sur les marchés financiers et sur les prix des produits de base dont le Canada est un grand producteur et exportateur.

La prochaine date de fixation du taux directeur est le 21 octobre. Le scénario économique de la Banque sera mis à jour par la même occasion.