Quelques jours seulement après avoir reçu l'approbation des autorités américaines, le fabricant de l'équivalent féminin du Viagra vient d'être acheté par la multinationale Valeant Pharmaceuticals (T.VRX).

Mis à jour le 20 août 2015
Julien Arsenault LA PRESSE CANADIENNE

La pharmaceutique québécoise déboursera ainsi 1 milliard US en plus de partager des bénéfices futurs dans le cadre d'une entente à l'amiable pour mettre la main sur Sprout Pharmaceuticals, dont le siège social se trouve à Raleigh, en Caroline du Nord.

Annoncée jeudi, cette transaction survient après que la Food and Drug Administration (FDA) eut donné le feu vert mardi à la commercialisation de l'Addyi aux États-Unis. C'est la première fois qu'un médicament - qui comporte de nombreux effets secondaires - visant à traiter le désir sexuel est approuvé par cette puissante agence américaine.

Valeant et Sprout affirment que le comprimé rose s'adresse principalement aux patientes préménopausées souffrant d'une libido déficiente. D'après les deux sociétés, environ une femme sur 10 est touchée par une baisse inexpliquée du désir sexuel.

«Addyi peut changer la donne en ce qui a trait à la vie sexuelle des femmes, tout comme le Viagra l'a fait chez les hommes», a estimé la présidente et chef de la direction de Sprout, Cindy Whitehead, au cours d'une entrevue téléphonique depuis New York.

Le secteur des traitements de la dysfonction érectile chez les hommes représente quelque 5 milliards US par année, mais le Viagra ainsi que le Cialis sont très différents de l'Addyi.

Le comprimé proposé par Sprout stimule le désir sexuel en agissant sur le cerveau, alors que pour les hommes, le Viagra et le Cialis stimulent les flux sanguin pour faciliter l'érection.

«C'est un secteur où il n'y a pas de concurrence, a dit le chef de la direction de Valeant, Michael Pearsons, au cours de la même entrevue. Ce médicament offre d'importantes occasions de croissance.»

La société établie à Laval s'attend à ce qu'Addyi soit disponible aux États-Unis d'ici le 17 octobre. Elle souhaite étendre la distribution du médicament partout dans le monde, notamment au Canada. Une demande sera transmise à Santé Canada et une décision devrait être rendue d'ici un an, croit M. Pearsons.

D'après les dirigeants de Valeant et Sprout, le coût du traitement destiné aux femmes devrait être similaire à celui du Viagra, soit près de 400 $ US par mois, s'il obtient la même couverture auprès des compagnies d'assurance.

D'abord développé comme un antidépresseur, Addyi a essuyé deux revers auprès de la FDA dans le passé. L'agence américaine a néanmoins approuvé le médicament même si environ 10 pour cent des femmes ayant participé à des essais cliniques n'ont pas constaté d'effets positifs significatifs.

Les détracteurs du comprimé rose évoquent les effets secondaires - comme une chute de tension, des vertiges et une perte de connaissance - qui peuvent être sévères les patients consomment de l'alcool ou doivent prendre d'autres médicaments. Addyi sera seulement disponible auprès de médecins et pharmacies ayant reçu une certification spéciale.

Ceux qui s'opposent à la commercialisation du médicament affirment que la FDA a cédé devant la campagne de publicité déployée par Sprout supportée par des groupes de femmes désireuses d'avoir accès à un traitement visant à stimuler leur libido.

«Ces personnes n'ont pas suivi l'évolution de la science, a répliqué la dirigeante de Sprout. Il y a eu beaucoup plus de recherches entre 2010 et 2015. La science a clairement gagné aujourd'hui.»

Dans le cadre de la transaction, Valeant versera 500 millions US dès maintenant et effectuera un paiement d'étape de 500 millions US au cours du premier trimestre de l'an prochain.

M. Pearsons a expliqué que cette acquisition ne devrait pas avoir d'impact sur les résultats de la pharmaceutique cette année, ajoutant que l'impact positif serait limité en 2016. Il n'a pas voulu se prononcer sur les perspectives à long terme.

Puisque des questions entourent le médicament fabriqué par Sprout, son impact ne pourra se comparer aux traitements visant à corriger la dysfonction érectile, a estimé Alex Arfaei, de BMO Marchés des capitaux, dans une note d'analyse.

Sprout, qui compte 34 employés, deviendra une division de Valeant qui continuera d'être dirigée par Mme Whitehead.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, l'action de Valeant retraitait de 4,28%, ou 13,72 $, pour se transiger à 306,50 $.