Telus avait une bonne et une mauvaise nouvelle à annoncer à ses clients, hier. La bonne: la durée de ses contrats passera de trois à deux ans dès le 30 juillet prochain. La mauvaise: le prix de ses forfaits augmente dans plusieurs cas, parfois de façon vertigineuse.

Mis à jour le 16 juill. 2013
Jean-François Codère LA PRESSE

Avec cette annonce, Telus est officiellement devenue le premier des trois grands fournisseurs de télécommunications sans fil canadiens à dévoiler des forfaits associés à des contrats de deux ans, comme l'exige le nouveau Code sur les services sans fil.

Ce Code a été annoncé par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) le 3 juin dernier et ne doit entrer en vigueur qu'en décembre prochain. La plupart des entreprises assujetties ont toutefois déjà indiqué leur intention d'offrir des contrats de deux ans avant ce moment.

L'annonce de Telus semble d'ailleurs avoir été précipitée pour devancer Bell, dont les forfaits ont commencé à faire l'objet de fuites le week-end dernier.

La nouvelle gamme de forfaits de Telus, baptisée «Partagez Plus», adopte une structure en deux temps. Une première partie du plan offre les appels nationaux et les messages texte illimités. Son prix varie de 10 à 55$, selon l'appareil choisi.

Une deuxième partie ajoute des données. Le prix de celle-ci oscille entre 15$ (250 Mo) et 150$ (10 Go). Ces plans de données peuvent toutefois être partagés entre plusieurs appareils associés à la même facture.

Une hausse brutale

L'augmentation est brutale lorsque comparée aux forfaits promotionnels actuels de Telus. Il est, par exemple, présentement possible de se procurer pour 60$ un forfait qui en coûterait près du double, 115$, avec la nouvelle formule.

Mais selon la porte-parole de Telus, Jacinthe Beaulieu, «il faut comparer des pommes avec des pommes», puisque les forfaits promotionnels ne sont offerts que pour une période limitée. Ces promotions sont fréquentes, convient-elle. Elles pourraient aussi se répéter après l'entrée en vigueur des nouveaux tarifs.

La comparaison avec les forfaits "réguliers" de Telus est plus complexe parce que ceux-ci utilisent une structure différente. Dans la majorité des cas types avancés par Telus elle-même ou mis de l'avant par La Presse, les prix des forfaits annoncés hier s'avèrent équivalents ou supérieurs à ceux des contrats de trois ans déjà offerts.

Le prix des appareils devrait, quant à lui, demeurer «sensiblement le même».

Conséquence annoncée

Selon Mme Beaulieu, il s'agit là d'une conséquence inévitable du raccourcissement des contrats.

«La subvention versée à l'achat d'un appareil restera aux alentours de 500$, mais il faudra la rembourser sur deux ans plutôt que trois», explique-t-elle. La part de la facture mensuelle consacrée à ce remboursement passera ainsi de 14$ à 20$ chaque mois, selon elle.

La nouvelle gamme offre par ailleurs un rabais allant de 10 à 20$ par mois aux abonnés qui paient leur appareil au plein prix ou qui utilisent un appareil dont ils sont déjà propriétaires.

À l'Union des consommateurs, l'analyste en télécommunications Sophy Lambert-Racine était hésitante à se prononcer sur les nouveaux forfaits de Telus, hier.

«J'ai l'impression qu'il manque beaucoup d'information. Il va vraiment falloir attendre l'entrée en vigueur du Code, en décembre, et voir comment les concurrents vont réagir.»

Elle rappelle toutefois que, durant les audiences qui ont mené à l'adoption du nouveau Code du CRTC, les fournisseurs ont «beaucoup brandi cette menace-là que, si on ramenait les contrats à une durée de deux ans, les prix allaient augmenter».