Alain Charky est technologue en génie mécanique depuis 12 ans. Depuis 2005, il est plus précisément représentant technique, produits municipaux, pour IPEX. Cette firme conçoit et fabrique des systèmes de tuyauterie thermoplastique utilisés dans les conduits municipaux. Le technologue passe donc la majeure partie de son temps sur la route à visiter la clientèle.

Mis à jour le 15 oct. 2012
Caroline Rodgers, collaboration spéciale LA PRESSE

«Je ne fais pas de vente, dit-il. Je visite les ingénieurs-conseils pour leur donner des formations techniques sur nos produits et je visite les municipalités pour les aider à résoudre des problèmes techniques ou leur donner des conseils sur les méthodes d'installation.»

Son DEC en techniques de génie mécanique est essentiel pour comprendre les propriétés mécaniques des tuyaux. Avec le temps, il a dû aussi acquérir des connaissances en génie civil dispensées en entreprise pour comprendre les processus d'installation.

Pas de routine!

Il est loin d'être le seul technologue à flirter avec d'autres disciplines. Car une fois que l'on a des bases scientifiques générales en tant que technologue, on peut ensuite acquérir des connaissances complémentaires dans les domaines connexes pour être plus polyvalent et améliorer son employabilité.

«Le métier de technologue en génie mécanique permet de toucher à tout et de choisir un type d'emploi selon ses préférences et ses aptitudes. On peut travailler en mécanique pure, en structure, en soudure, en automatisation, par exemple. Quand on travaille dans une usine, c'est souvent plus répétitif comme type de tâches. Mais dans mon cas, je fais du service à la clientèle sur la route, j'ai des mandats très variés. Pour moi, la routine n'existe pas. Je vois différents projets dans différentes régions, et je suis tantôt à l'intérieur, tantôt à l'extérieur. J'apprécie cet aspect de mon travail. Je trouve aussi agréable le contact avec les clients. Quand je trouve une solution à leurs problèmes, je trouve cela extrêmement valorisant.»

Pour être un bon technologue en génie mécanique, il faut aimer la résolution de problème et avoir un bon esprit d'analyse. Il est aussi très important d'être minutieux et précis, et d'avoir une bonne capacité de concentration, surtout quand on travaille en usine.

«Et si on travaille en contact avec le public comme je le fais, il faut aussi être un bon communicateur et s'adapter aux personnes que l'on rencontre. Je n'utiliserai pas nécessairement les mêmes mots pour m'adresser à un ingénieur que pour parler à un directeur de municipalité», dit-il.

Techniques de génie mécanique

Milieux de travail: Industrie manufacturière, industrie de l'aéronautique, de l'aérospatiale, de la métallurgie, des véhicules récréatifs, du transport, de l'agriculture, de la production alimentaire, forestière, papetière, bureaux de génie-conseil

Diplômés en emploi: 89,7%

En emploi à temps plein: 100%

En emploi lié à la formation: 84,6%

Salaire hebdomadaire brut moyen: 738$

Le bas taux de diplômés en emploi peut s'expliquer par le fait que plusieurs diplômés poursuivent leurs études à l'université

Sources: La relance au collégial des formations techniques sur la situation d'emploi des diplômés de 2010 et monemploi.com