Cogeco a terminé son année financière en beauté en affichant des profits en hausse de 71% et des revenus en progression de 12,5% pour le dernier trimestre de 2011. «On a gagné de nouveaux clients, on a vendu de nouveaux produits et même les nouvelles stations acquises de Corus ont contribué à notre profitabilité», souligne avec contentement Louis Audet, président et chef de la direction de Cogeco.

Jean-Philippe Décarie LA PRESSE

Cogeco a surpris les analystes financiers en dévoilant hier des profits nets de 21,1 millions de dollars, ou 1,26$ par action, une hausse de 71% par rapport aux 12,3 millions, ou 73 cents par action, enregistrés l'an dernier. Les analystes tablaient sur des profits de 86 cents par action.

En fait, ce dernier robuste trimestre aurait même permis à Cogeco de boucler une année record si le groupe de câblodistribution n'avait dû procéder à une radiation de 226 millions de son investissement dans sa filiale Cabovisao-Televisao au Portugal.

«Sans cette radiation et en excluant les gains d'impôts extraordinaires dont a profité en 2010, notre bénéfice net ajusté aurait atteint la marque record de 178 millions, ce qui représente une hausse de 40% par rapport à nos résultats de l'an dernier», poursuit Louis Audet.

Mais l'investissement de Cogeco dans son réseau de câblodistribution au Portugal a souffert pour la troisième année consécutive des conditions économiques extrêmement difficiles qui ont cours dans la péninsule ibérique et la radiation de 226 millions était nécessaire.

Cette dévaluation d'actifs a eu pour effet de générer une perte nette de 9 millions à Cogeco pour son exercice financier 2011, sur des revenus de 1,4 milliard.

«Encore cette année, des gens se désabonnent au Portugal. Par pour aller chez un concurrent, mais parce qu'ils n'ont plus les moyens de se payer le câble», déplore Louis Audet.

Le PDG ne désespère pas pour autant de voir un jour son réseau de 900 000 abonnés portugais participer à la rentabilité du groupe.

«À un moment donné, la situation économique va se stabiliser, ça ne peut pas durer éternellement», estime-t-il.

Cogeco entrevoit toutefois avec beaucoup d'optimisme l'exercice qui s'amorce. Les nouvelles acquisitions de Quiettouch inc. et de MTO, réalisées en août, devraient contribuer au bilan du groupe de télécommunications et de technologies de l'information.

Quiettouch inc. exploite notamment un site d'hébergement de 100 000 pieds carrés à Toronto qui dessert de grandes sociétés canadiennes, alors que TMO est propriétaire d'un réseau de 1500 kilomètres de fibre optique dans la région métropolitaine de Montréal.

Des stations rentables

Enfin, les stations de radio acquises du groupe Corus au Québec en avril 2010 sont déjà rentables.

«Le bénéfice qu'elles génèrent est plus élevé que le coût d'intérêt. Et on vient de faire de grands changements en lançant le réseau de circulation et en transférant les émissions de sports au 98,5 FM. Cette antenne est maintenant la deuxième plus écoutée au Québec, derrière Rythme FM (une autre station du groupe Cogeco)», constate Louis Audet.

Le titre de Cogeco inc. a clôturé à 45,59$ hier à la Bourse de Toronto, en hausse de 1,3%.