Le géant du Web Google songe à contribuer au financement d'un possible accord pour le rachat de Yahoo! que soumettraient d'autres partenaires, selon ce qu'a rapporté le quotidien américain Wall Street Journal, samedi.

ASSOCIATED PRESS

Google Inc. a discuté avec au moins deux sociétés privées de capital à propos d'une possible aide dans le financement d'une entente pour racheter les activités principales de Yahoo Inc., mentionne-t-on dans l'article, qui cite une source anonyme familière avec cette négociation.

Le Wall Street Journal indique également que Google et ses possibles partenaires ont tenu des rencontres préliminaires pour parler de cet accord, sans toutefois élaborer une soumission formelle. La source souligne par ailleurs qu'il serait possible que Google ne fasse pas d'offre d'achat au final.

Une porte-parole de Google, une entreprise basée à Mountain View en Californie, a refusé de commenter l'affaire. Du côté de Yahoo!, basé dans le même État mais à Sunnyvale, une porte-parole a affirmé que la compagnie ne commentait pas «les rumeurs ou les spéculations».

Ces allégations surviennent alors que des investisseurs ont récemment fait grimper le prix de l'action de Yahoo, spéculant sur les possibilités que la compagnie ne se vende elle-même, en totalité ou en partie.

Clôturant à 16,12$ l'unité vendredi, les actions ont grimpé de près de 25 pour cent depuis le 6 septembre, au moment où la patronne de Yahoo!, Carol Bartz, a été renvoyée. Elles étaient en hausse de 45% par rapport à la plus basse donnée enregistrée au cours des 52 dernières semaines, soit au début du mois d'août.

Des rumeurs voulant que l'entreprise soit vendue à un consortium de firmes rachetant les compagnies en difficulté ont circulé récemment. Alibaba Group, une compagnie chinoise d'Internet, dont Yahoo! possède 43% des parts, a fait part de son intérêt si elle est en mesure de financer un accord qui pourrait nécessiter plus de 20 milliards$, ce qui représente la valeur actuelle des actions de Yahoo sur le marché. Microsoft, qui avait offert d'acheter Yahoo! pour la somme de 47,5 milliards$ en 2008 avant de retirer son offre, a aussi été mentionné à titre de possible acquéreur.

Le patron par intérim de Yahoo!, Tim Morse, a soutenu à des analystes qu'il n'était pas en mesure de discuter de ce que pourrait être la prochaine étape pour la compagnie, ni du moment où cela pourrait se produire. M. Morse a tenu ces propos après avoir annoncé les résultats trimestriels de la compagnie, jeudi.

Yahoo! fait face à une forte pression ces jours-ci, ses revenus n'ayant cessé de chuter depuis l'arrivée, sur le marché de la publicité sur le Web, des géants Google et Facebook.

Bien que la compagnie soit toujours connue à l'international, elle a perdu beaucoup de son lustre récemment, alors que les gens se tournent de plus en plus vers les réseaux sociaux pour se tenir au courant de l'actualité, au détriment de sites de nouvelles comme celui de Yahoo!.