Grâce à la croissance du sans-fil et de ses marges de profit, Rogers Communications (T.RCI.B) annonce qu'elle est redevenue rentable au deuxième trimestre.

Michel Munger

Grâce à la croissance du sans-fil et de ses marges de profit, Rogers Communications [[|ticker sym='T.RCI.B'|]] annonce qu'elle est redevenue rentable au deuxième trimestre.

La compagnie torontoise enregistre donc un gain de 301 M$ ou 47 cents dilué par action. Cela se compare à une perte de 56 M$ à la même période l'an dernier mais aussi à des prévisions de 52 cents des analystes.

Les revenus ont monté de 11% à 2,8 G$.

Le secteur du sans-fil a été très rentable avec l'ajout net de 92 000 abonnés aux services post-payés. La facture moyenne par utilisateur a monté de 4% à 75,48 $, notamment en raison de la popularité des services de données.

Toutefois, l'arrivée de l'iPhone a retardé des ventes et l'entreprise devra dépenser afin de séduire les clients pour le célèbre téléphone d'Apple.

Rogers rapporte que 41 000 abonnements nets se sont ajoutés en téléphonie IP et que ses abonnements à la télévision haute définition ont bondi de 59% à 455 000.

«Les résultats du deuxième trimestre reflètent un bon équilibre entre une croissance continue et saine des abonnements, une croissance à deux chiffres pour les revenus et les profits, avec une expansion des marges», déclare Ted Rogers, grand patron de Rogers.

La compagnie a enregistré des flux de trésorerie provenant de l'exploitation de 878 M$, en hausse 49% comparativement au deuxième trimestre en 2007.

La dette à long terme a baissé de 1,2% à 5,96 G$.

L'action de Rogers a terminé la séance de lundi à 37,55 $ à la Bourse de Toronto.