GLV (T.LVG.A), anciennement Groupe Laperrière & Verreault, affiche des pertes en raison de la baisse de ses marges d'exploitation.

Didier Bert

GLV [[|ticker sym='T.LVG.A'|]], anciennement Groupe Laperrière & Verreault, affiche des pertes en raison de la baisse de ses marges d'exploitation.

GLV a enregistré des pertes de 578 000 $ au premier trimestre de l'exercice, comparativement à des profits de 2,428 M$ réalisés un an plus tôt.

Les revenus s'élèvent à 115,3 M$ pour le premier trimestre, en hausse de 33,4% par rapport à 86,4 M$ à la même période l'an passé.

GLV attribue ses pertes à une diminution des marges d'exploitation rapportées aux revenus, ainsi qu'à l'augmentation de la dépense d'amortissement résultant de ses acquisitions.

Le bond des revenus est le fruit des cinq rachats réalisés au cours des 12 derniers mois. GLV a expliqué que les comparaisons d'une année à l'autre doivent être soupesées en raison de ce changement de périmètre des activités commerciales.

Le carnet de commandes a affiché une croissance de 32% entre le 31 mars et le 30 juin derniers.

Depuis le 10 août, GL&V a transféré son Groupe Traitement des Eaux, son Groupe Pâtes et Papiers et son unité Fabrication à la nouvelle GLV, dont les actions sont détenues par les actionnaires de l'ancienne GL&V.

Pour sa part, le Groupe Procédés de l'ancienne GL&V a été cédé à une filiale canadienne de l'américaine FLSmidth qui a fait l'acquisition de la totalité des actions subalternes votantes catégorie A et des actions à vote multiple catégorie B en circulation de l'ancienne GL&V.

À la Bourse de Toronto, mercredi, le titre de GLV clôturait à 10,77 $.