Des constructeurs d'automobiles et de poids-lourds, dont Toyota et Nissan, ont accepté de dédommager des citoyens de Tokyo qui s'estimaient victimes de la pollution par les véhicules diesel.

Didier Bert

Des constructeurs d'automobiles et de poids-lourds, dont Toyota et Nissan, ont accepté de dédommager des citoyens de Tokyo qui s'estimaient victimes de la pollution par les véhicules diesel.

Les entreprises verseront 10,7 M$ aux plaignants et 29,4 M$ à un programme d'aide médicale pour les asthmatiques de la capitale japonaise, indique le quotidien français Le Monde.

Depuis 1999, les 520 citoyens avaient déposé des plaintes contre Toyota, Nissan, Nissan Diesel, Hino, Mitsubishi, Isuzu et Mazda, contre une compagnie exploitant des autoroutes, contre le gouvernement japonais et contre la préfecture de Tokyo.

Les plaignants «souffraient de problèmes respiratoires et s'estimaient victimes de la pollution provoquée par les véhicules diesel, tenus comme plus polluants que ceux fonctionnant à l'essence», précise le journal.

L'accord a été conclu dans le cadre d'une médiation organisée par un tribunal de Tokyo.

En 2002, un autre tribunal avait condamné la société d'autoroutes et la préfecture à verser 700 000 $ à 7 citoyens.