Une ex-employée de Coca-Cola a été reconnue coupable vendredi d'avoir tenté de vendre des secrets de l'entreprise à un concurrent et risque jusqu'à dix ans de prison, a-t-on indiqué de source judiciaire.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Une ex-employée de Coca-Cola a été reconnue coupable vendredi d'avoir tenté de vendre des secrets de l'entreprise à un concurrent et risque jusqu'à dix ans de prison, a-t-on indiqué de source judiciaire.

Le jury réuni à Atlanta (Georgie, sud) a reconnu Joya Williams, 41 ans, coupable des faits qui lui étaient reprochés. Sa sentence sera annoncée ultérieurement.

Ancienne secrétaire chez Coca-Cola, elle avait été arrêtée l'été dernier avec deux complices qui ont plaidé coupable et accepté de collaborer à l'enquête.

Ils encourent également dix ans de prison mais n'ont pas été encore jugés. Joya Williams avait plaidé non-coupable.

Le jury, composé de six femmes et six hommes, s'est entendu sur un verdict après deux jours de délibérations.

L'avocate de Joya Williams a fait part de l'intention de sa cliente de faire appel.

Mme Williams avait été confondue par un agent du FBI, la police fédérale, qui avait prétendu être intéressée par l'acquisition de documents secrets de Coca-Cola pour le compte de son grand concurrent, Pepsi-Cola.

Approché par Joya Williams et ses complices, Ibrahim Dimson et Edmund Duhaney, Pepsi-Cola avait en fait prévenu la police qui avait organisé un traquenard.

Pepsi-Cola avait reçu en mai 2006 une lettre signée "Dirk" proposant "des informations confidentielles et très détaillées". Il avait en fait prévenu Coca-Cola et la police.

Des enregistrements téléphoniques et une enquête ont conclu que Mme Williams était la source présumée de l'information. La lettre adressée à Pepsi et récupérée par le FBI réclamait 10.000 dollars en échange d'informations confidentielles: "je peux vous fournir des produits et le packaging de certains produits que personne n'a encore vu à l'exception de cinq hauts responsables" de Coca-Cola, était-il écrit dans cette missive.

Un agent du FBI se faisant passer pour une personne intéressée par l'information avait alors rencontré Dimson et lui a donné 30.000 dollars et promis 45.000 autres en échange de documents classés "hautement confidentiel" et d'un échantillon d'un produit liquide.

Ce même agent avait ensuite proposé fin juin 1,5 million de dollars pour récupérer la totalité des documents et Duhaney et Dimson avaient alors ouvert un compte bancaire avant de se faire arrêter quelques heures plus tard.

Janice Singer, avocate commis d'office de Joya Williams, a expliqué que sa cliente avait été trompée par les deux autres individus, des repris de justice.

Si sa cliente a emporté chez elle des documents appartenant à Coca-Cola, c'était simplement pour en faire des copies dans le but de prouver qu'elle faisait bien son travail, a-t-elle dit. Car son employeur l'accusait à l'époque de faible productivité, a-t-elle expliqué.

M. Dimson, qui habitait dans le même appartement que Joya Williams, en aurait alors profité pour lui dérober ses documents, selon l'avocate.

Outre une peine de prison, les trois complices sont passibles d'une amende allant jusqu'à 250.000 dollars.

COCA COLA

str-rnr/jld/aje/pta