Le géant canadien des télécommunications Rogers (T.RCIB) renoue avec les profits au quatrième trimestre grâce à des progrès dans toutes ses divisions, en particulier la téléphonie sans-fil qui génère la part du lion de sa croissance.

Sophie Brouillet

Le géant canadien des télécommunications Rogers [[|ticker sym='T.RCIB'|]] renoue avec les profits au quatrième trimestre grâce à des progrès dans toutes ses divisions, en particulier la téléphonie sans-fil qui génère la part du lion de sa croissance.

La compagnie torontoise déclare un profit de 176 M$ ou 0,27 $ l'action, comparativement à une perte de 67 M$ ou 0,11 $ l'action à la même période l'an dernier.

Elle surpasse ainsi de loin les attentes des analystes consultés par Thomson First Call, qui prévoyaient 0,11 $ l'action.

Le résultats de l'année précédente incluait des charges spéciales, notamment des frais d'amortissement.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 14 % pour atteindre 2,37 G$.

Les revenus de la division sans-fil a grimpé de 20 % à 1,26 G$, alors que 224 500 clients s'ajoutaient à la liste d'abonnés.

La division de services de câblodistribution et de services Internet voit ses affaires augmenter de 12 % à 505 M$.

Elle compte 10 700 abonnés de plus au câble, 44 800 abonnés au service Internet haute vitesse et 69 600 abonnés à la télévision numérique.

Les revenus issus du service téléphonique à domicile ont grimpé de 32 % à 99 M$, avec 95 100 nouveaux abonnés.

Enfin, la division des services téléphoniques d'affaires augmente ses revenus de 8,4 % à 155 M$.

Pour l'exercice, Rogers fait état d'un bénéfice de 622 M$ ou 0,97 $ l'action, contre une perte de 45 M$ ou 0,08 $ l'action l'année d'avant.

Les revenus annuels sont passés de 7,33 G$ à 8,84 G$.

Pour la nouvelle année, l'entreprise s'attend à des profits d'exploitation en hausse, situés entre 3,25 G$ et 3,4 G$, sur des revenus situés entre 9,7 G$ et 10 G$.

Les résultats ont été divulgués après la fermeture des marchés. Le titre avait clôturé en hausse de 2,1 % ou 0,79 $ à 38,47 $.