Les ventes au détail ont continué à croître en 2006 au Québec et au Canada, pour la onzième année de suite, mais leur expansion a ralenti.

Sophie Brouillet

Les ventes au détail ont continué à croître en 2006 au Québec et au Canada, pour la onzième année de suite, mais leur expansion a ralenti.

Le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) fait état d'une augmentation de 3,7 % au Québec, où les ventes ont atteint 86,3 G$.

C'est tout de même significativement moins qu'en 2005, alors que la croissance atteignait 6,4 %.

Au Canada, le Conseil rapporte une hausse de 4,6 % à 384,8 G$.

L'organisme attribue ces performances à des taux d'intérêt bas, à une inflation relativement stable et à la création d'emploi.

Les secteurs les plus performants au Québec ont été la pharmacie (croissance des ventes de 15,3%), la quincaillerie (8,3 %), les stations-service (6,6 %) et les magasins de meubles (6,3%).

Du côté des perdants, les magasins de meubles et de produit informatiques ont vu leurs affaires reculer respectivement de 3,4 % et 6,7 %.

«Dans les deux cas, ce déclin tient surtout à la déflation des prix des produits», écrit le Conseil.

Le président de l'organisme, Gaston Lafleur, considère que la croissance des ventes a dans l'ensemble été solide.

L'étude du CQCD, menée en collaboration avec la firme Geocom, signale aussi que le revenu disponible des Québécois a augmenté de 4% l'an dernier, passant de 22 454 $ à 23 388 $, soit 8,4 % de moins que dans l'ensemble du Canada.

Pour 2007, le conseil s'attend à voir les conditions favorables au commerce de détail se maintenir, malgré un léger ralentissement de la création d'emploi.

Il prévoit une croissance d'environ 3,5 % des ventes au détail au Québec.