L'Inde, puissance régionale qui veut moderniser ses forces armées, accueille depuis mercredi à Bangalore (sud) les géants mondiaux de l'aéronautique militaire et civile, alléchés par le marché indien de l'armement et par une aviation civile en plein essor.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'Inde, puissance régionale qui veut moderniser ses forces armées, accueille depuis mercredi à Bangalore (sud) les géants mondiaux de l'aéronautique militaire et civile, alléchés par le marché indien de l'armement et par une aviation civile en plein essor.

La sixième édition du salon aéronautique Aero India réunira jusqu'à dimanche 500 exposants de 50 pays disséminés sur les 30.000 m2 d'une base de l'armée de l'air dans la banlieue de la capitale des hautes technologies.

Mercredi, les participants ont assisté aux acrobaties aériennes des chasseurs russes Sukhoï, des Mirage 2000 français et des Tejas indiens, qui équipent l'armée de l'air indienne.

L'Inde veut jouer un "rôle plus important au 21e siècle, pas seulement en Asie mais aussi dans le monde", a souligné le ministre de la Défense A.K Antony, en inaugurant le salon.

"La modernisation des forces armées et l'une des premières priorités du gouvernement. Seule une forte dissuasion peut empêcher une guerre", a estimé M. Antony.

Depuis son indépendance en 1947, l'Inde a livré trois guerres contre le Pakistan, son rival d'Asie du Sud détenteur, lui aussi, de l'arme nucléaire.

L'Inde et la Chine se sont également brièvement affrontées en 1962.

Et même si les relations s'améliorent, "nous ne pouvons pas être complaisants", a jugé le ministre indien. "Une vigilance de tous les instants est nécessaire", a-t-il dit.

Pour ce faire, le géant asiatique doit développer son industrie de la Défense grâce à des "partenariats stratégiques à long terme" avec des industriels étrangers, a plaidé le ministre.

De fait, l'Inde a déroulé le tapis rouge à Bangalore pour les américains Boeing ou Lockheed Martin et les européens Airbus, EADS ou Dassault Aviation.

Principale attraction d'Aero India : un appel d'offres pour 126 avions de chasse que New Delhi doit lancer pour remplacer sa flotte vieillissante de MiG-21 russes.

Ce mégacontrat, évalué à 9 milliards de dollars, devrait être lancé d'ici à la mi-2007, a annoncé mardi le ministère indien de la Défense.

"Nous sommes aux dernières étapes. Le gouvernement fera son appel d'offre au plus tôt", a insisté le ministre de la Défense.

Le français Dassault avec son Rafale et l'européen EADS avec l'Eurofighter comptent se porter candidats. Ils devraient faire face au F/A-18E/F de Boeing, au F-16 de Lockheed Martin, au MiG-35 russe et au Gripen du suédois Saab.

Pour la première fois, les Etats-Unis sont présents en force à Bangalore avec une trentaine de sociétés, un signe du rapprochement diplomatique entre Washington et New Delhi.

Parmi les économies émergentes, l'Inde est le premier acheteur mondial d'équipements de défense. Ses dépenses s'élèveront à 10 milliards de dollars entre 2007 et 2012, selon son gouvernement.

L'aviation civile indienne suscite aussi toutes les convoitises.

L'Inde commandera 856 appareils pour 72 milliards de dollars au cours des vingt prochaines années, a calculé Boeing.

Son concurrent Airbus mise aussi beaucoup sur l'Inde. Il estime que le géant asiatique aura besoin de 1.100 appareils d'ici à 2025.