Le détaillant Bicycles Quilicot déménage son siège social au CentrOparc de Mascouche du promoteur Montoni. Celui-ci en profite pour agrandir le parc industriel longeant l’autoroute 640.

Publié le 21 juin
André Dubuc
André Dubuc La Presse

La pelletée de terre a lieu ce mardi matin. Le bâtiment sera situé rue Louis-Blériot, avec façade sur l’autoroute.

Outre le siège social, le complexe de 4200 mètres carrés, dessiné par DKA Architectes, inclura un magasin, un centre de distribution, un atelier d’assemblage et un centre de recyclage des vélos. Le siège et l’entrepôt actuels sont situés à Sainte-Thérèse, dans les Basses-Laurentides. Une cinquantaine d’emplois seront créés. L’investissement de 15 millions est financé en partie par la Banque de développement du Canada.

IMAGE FOURNIE PAR MONTONI

Futur siège social de Bicycles Quilicot

« Pour nous, c’est un investissement qui va créer un tournant dans notre histoire », dit le PDG Marc-André Lebeau, 44 ans, « parce qu’on a grossi beaucoup dans les dernières années et on a investi beaucoup dans le commerce en ligne, et nous n’avions pas les infrastructures. On est en train de faire un pôle pour l’ensemble de nos opérations pour le commerce de vélos du futur. »

Fondée en 1915, Quilicot appartient à Marc-André Lebeau depuis 2005. D’une seule boutique, au moment de l’arrivée de M. Lebeau, le détaillant en compte aujourd’hui sept. Avec ses 150 employés, Quilicot vend de 8000 à 10 000 vélos par année. De 15 à 20 % des ventes se font en ligne en 2022. M. Lebeau veut rester discret sur son chiffre d’affaires, mais indique que les vélos électriques sont aujourd’hui responsables de 35 % des ventes en dollars.

Le détaillant a ouvert au coût de 2 millions son nouveau magasin lavallois de 1020 m⁠2 (11 000 pi⁠2) la semaine dernière dans une partie de l’ancien Future Shop du Centre Laval.

On sert la clientèle de tous les âges et de tous les niveaux, pas seulement les mordus de cyclisme sur route. On sert aussi les enfants, les personnes âgées avec les vélos électriques. On touche à tout.

Marc-André Lebeau, PDG de Quilicot

Les vélos les moins chers se détaillent à partir de 500 $ l’unité.

Les sportifs ont redécouvert le vélo pendant la pandémie. Le prix des vélos s’est envolé. La marge bénéficiaire du marchand est passée de 2 à 10 % environ.

CentrOparc s’agrandit

Le promoteur Montoni et la Ville de Mascouche annoncent le début de la transformation de la troisième et dernière phase des terrains de l’ancien aérodrome en parc industriel. Au total, CentrOparc dispose d’une superficie de 270 000 m⁠2 (environ 3 millions de pieds carrés), dont 121 00 m⁠2 (1,3 million de pieds carrés) pour la phase 3.

Un parc industriel sur les terrains de l’ancien aérodrome

  • Un aperçu des bâtiments industriels multilocataires de la phase 3

    IMAGE FOURNIE PAR MONTONI

    Un aperçu des bâtiments industriels multilocataires de la phase 3

  • Au premier plan, le futur emplacement de Bicycles Quilicot. À l’arrière-plan, la phase 3 à venir.

    IMAGE FOURNIE PAR MONTONI

    Au premier plan, le futur emplacement de Bicycles Quilicot. À l’arrière-plan, la phase 3 à venir.

  • Le parc industriel de l’ancien aérodrome de Mascouche

    IMAGE FOURNIE PAR MONTONI

    Le parc industriel de l’ancien aérodrome de Mascouche

1/3
  •  
  •  
  •  

Montoni construira en séquence jusqu’à 5 bâtiments industriels au coût de 175 millions. Il ira de l’avant sans entente de location préalable. Il se donne un maximum de 36 mois pour remplir le parc industriel. Les bâtiments sont signés par la firme NEUF Architectes.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Dario Montoni

Au niveau des usages, on va y voir de l’industriel, des sièges sociaux, des salles d’exposition et de la production.

Dario Montoni, président du Groupe Montoni

« L’idée est de créer de l’investissement et des emplois pour Mascouche pour que ses citoyens puissent vivre et travailler dans leur ville au lieu de prendre leur voiture pour gagner leur vie ailleurs dans la région », poursuit M. Montoni.

Outre Quilicot, les deux premières phases du CentrOparc ont attiré des locataires d’envergure comme St-Hubert. Près de 650 emplois ont été créés.

Montoni s’est porté acquéreur des terrains de l’aérodrome en 2018. Au total, le promoteur y investit 300 millions.

En savoir plus

  • 436 000
    Nombre de mètres carrés en construction dans le Grand Montréal
    Source : AVISON YOUNG