Grâce à un ingénieux stratagème de vol d’identité, la comptable des boutiques Clair de Lune a réussi à frauder pour 746 000 $ le détaillant en puisant pendant des années dans les payes de plus de 500 employés. La sentence de Georgia Tzanetakos a toutefois été reportée mercredi en raison de la pénurie de greffières.

Publié le 19 mai
Louis-Samuel Perron
Louis-Samuel Perron La Presse

La Lavalloise de 61 ans s’était présentée au palais de justice de Montréal prête à prendre le chemin de la prison. Or, la juge Karine Giguère n’a pu rendre sa sentence, faute de personnel judiciaire dans la salle d’audience, un problème récurrent dans les derniers mois en raison du départ de nombreuses greffières. La sentence a donc été reportée à la semaine prochaine.

Georgia Tzanetakos a plaidé coupable à une accusation de fraude en septembre 2021 dans cette histoire qui a été un coup dur pour le détaillant Clair de Lune. En difficulté financière pour de nombreuses raisons, l’entreprise s’est placée à l’abri de ses créanciers en 2014, puis en décembre 2019 en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Depuis, les 70 boutiques de ce détaillant spécialisé dans les articles de maison ont fermé leurs portes. La faillite de l’entreprise ne peut toutefois être liée directement à la fraude.

Selon le résumé des faits présenté en cour, Georgia Tzanetakos s’est occupée des payes des employés de mars 2008 à septembre 2014. Son stratagème était le suivant : elle ciblait des employés à temps partiel ou d’ex-employés, puis falsifiait leurs heures travaillées dans le système de paye. Elle a ainsi redirigé à son profit les payes de 566 employés, volant du même coup l’identité de 124 employés.

Georgia Tzanetakos déposait ensuite les sommes volées dans 10 comptes bancaires différents. Si certains comptes étaient à son nom, plusieurs étaient au nom de ses deux enfants, de son mari ou même de son assistant.

C’est une personne qui remplaçait la fraudeuse pendant ses vacances qui a découvert le pot aux roses. Une employée s’était plainte de ne pas avoir reçu sa paye. En vérifiant dans le système interne, la remplaçante a remarqué que la somme avait bien été déposée dans un compte bancaire, mais pas celui de l’employée. Interrogée par le contrôleur de l’entreprise, Georgia Tzanetakos a admis avoir volé 7500 $ à cette employée.

Notons que Clair de Lune a reçu 100 000 $ de sa compagnie d’assurance, puis 65 000 $ de l’accusée dans le cadre d’une action civile.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Georgia Tzanetakos (au centre, avec le masque bleu) et son avocat, MRichard Tawil (à droite)

Lors des observations sur la peine, le procureur de la Couronne, MNicolas Ammerlaan, a réclamé une peine de trois ans de pénitencier, alors que MRichard Tawil, de la défense, a demandé un sursis de peine, une peine particulièrement clémente pour une telle fraude. MCamille Rochon-Lamy a également piloté le dossier pour le ministère public lors de la reconnaissance de culpabilité.