Sur la liste de cadeaux de Noël de bien des adolescents et de jeunes adultes se retrouvent des articles qui donnent des maux de tête à leurs parents : cryptomonnaie, bitcoins, NFT… Faut-il fermer les yeux et passer son tour ou plonger dans cet univers numérique mystérieux ?

Publié le 19 déc. 2021
Maude Goyer
Maude Goyer Collaboration spéciale

« C’est normal d’avoir peur de ce qu’on ne comprend pas », dit Marie-Hélène Bourbeau, mère de famille de 51 ans de Trois-Rivières.

Son fils Mattis, 15 ans, a un portefeuille numérique de quelques milliers de dollars avec son frère aîné. Il a investi dans certaines cryptomonnaies, entre autres Binance. Lorsque ses garçons lui ont parlé de cryptomonnaie la première fois, il y a sept ans, elle n’était « pas à l’écoute » et « pas tellement ouverte », avoue-t-elle.

« C’est un langage que je ne connais pas. J’étais inquiète qu’ils aient la pensée magique de se mettre riches rapidement, sans travailler, et que cela prenne toute la place ! », lance-t-elle.

Mme Bourbeau a vu que la curiosité de Mattis s’est transformée en centre d’intérêt… puis en passion. « J’ai toujours été bon en chiffres, dit le principal intéressé. Je lis des graphiques avec facilité. La crypto, c’est comme la Bourse. Ça monte, ça descend, c’est un investissement. »

La famille a donc considéré le projet... et a choisi de s’engager. « On a pris le temps de s’informer, de poser des questions, explique la mère de quatre enfants. Mattis n’est pas seul là-dedans. Il est suivi et accompagné. »

Mise en garde

PHOTO ARND WIEGMANN, ARCHIVES REUTERS

Taux de change de différentes cryptomonnaies le 25 juin dernier dans un bureau de Zurich, en Suisse

Voilà la bonne façon de faire, croit David Nathan, directeur du contenu de la franchise francophone de Cryptonews. « Il faut inviter les parents et leurs jeunes à la prudence et à bien réfléchir avant de se lancer, note-t-il. L’important, c’est de s’informer auprès de sources fiables et de comprendre dans quoi on investit. »

Dans le milieu, d’ailleurs, l’acronyme DYOR (pour « do your own research » ou faites vos propres recherches) est largement répandu, souligne M. Nathan. « Je compare cela à Spider-Man : avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités. »

Les jeunes qui choisissent de se lancer dans la cryptomonnaie doivent être autonomes et responsables. Il n’y a pas de service après-vente !

David Nathan, directeur du contenu de la franchise francophone de Cryptonews

Selon Antoine Bédard, directeur principal de l’assistance aux clientèles à l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’engouement pour les produits financiers numériques est en explosion. Au cours de la dernière année, le volume d’appels à l’AMF concernant les cryptomonnaies a triplé et le volume de signalements concernant des fraudes impliquant les cryptomonnaies a été multiplié par 7.

« C’est un milieu qui se développe et dont la popularité connaît une accélération importante depuis 18 mois », dit-il.

PHOTO RAMON ESPINOSA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Un adepte de cryptomonnaies consulte les cours du jour.

Pourquoi un tel attrait chez les jeunes, particulièrement ? « Au-delà du gain facile et de l’enrichissement potentiel rapide, il y a un phénomène, et une certaine acceptabilité sociale », indique M. Bédard.

Selon Louis Roy, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton, fondateur et leader de la pratique d’actifs numériques Catallaxy, l’attrait des jeunes est également lié au fait que… c’est leur univers. « Tous les gamers sont déjà en contact avec le monde des actifs numériques, indique-t-il. Ils sont connectés aux réseaux sociaux où ils en entendent parler, ils reçoivent des informations, des nouvelles instantanées. Pour eux, c’est accessible. »

Pour eux, oui. Pour les parents, c’est une autre histoire.

Convaincre les parents

Mère de deux garçons de 19 et 15 ans, Marie-Renée Dufort, Montréalaise de 45 ans, décrit plutôt ce monde comme « opaque, hermétique et insaisissable ». Pour le moment, elle n’a pas accepté que ses fils s’ouvrent un portefeuille numérique. Mais elle considère la chose. « C’est peut-être la monnaie de l’avenir, laisse-t-elle tomber, et je pense que nous n’aurons pas le choix, tôt ou tard, de nous y intéresser, un peu comme nous n’avons pas eu le choix de nous habituer aux courriels et à l’internet, à une autre époque. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Simon Dermarkar, professeur à HEC Montréal et comptable professionnel agréé auditeur

Simon Dermarkar, professeur à HEC Montréal et comptable professionnel agréé auditeur, croit que l’une des bonnes stratégies à adopter est de « laisser son enfant nous convaincre ». « Le parent peut se placer dans une position de conseil d’administration, mandater son enfant et lui dire : “Vends-moi l’idée. Montre-moi ce que tu as compris et explique-moi comment tu vas protéger tes données personnelles et ne pas compromettre le réseau de toute la maison” », suggère-t-il.

Il est vrai que les risques existent : les parents, tout comme les enfants, doivent en être conscients. Au-delà de la volatilité des produits, hautement spéculatifs, le danger d’être victime de fraude est réel. « On doit envoyer à nos jeunes un message de prudence et de diligence, martèle M. Bédard, de l’AMF. Il faut savoir ce qu’on achète et avec qui on fait affaire, en plus de protéger adéquatement ses mots de passe. »

Et comme dans tout investissement, il est avisé de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Et d’y aller à petites doses. « On assiste à la naissance d’une monnaie et peut-être d’un futur système monétaire, croit David Nathan, de Cryptonews. En ce moment, c’est encore un peu le far west. »

Quelques définitions

Cryptomonnaie 

Monnaie numérique utilisée sur l’internet, indépendante du système bancaire, sans support physique et basée sur un réseau d’échange de pair-à-pair (chaque entité est à la fois client et serveur). Il en existe plus de 15 000 à ce jour.

Bitcoin

Première cryptomonnaie (créée en 2008), elle est la plus populaire actuellement devant l’ethereum et Binance.

NFT

Sigle de non fungible token (en français, jeton non fongible). Il s’agit d’un jeton numérique unique qui désigne un fichier numérique certifiant son authenticité : cela permet de dire qui est propriétaire d’un élément numérique comme une œuvre d’art numérique, une vidéo, une pièce musicale, un tweet ou tout autre objet immatériel. ». Il s’agit d’un jeton numérique unique qui désigne un fichier numérique certifiant son authenticité : cela permet de dire qui est propriétaire d’un élément numérique comme une œuvre d’art numérique, une vidéo, une pièce musicale, un tweet ou tout autre objet immatériel.

Sources : CoinMarketCap, Louis Roy, de Catallaxy, et David Nathan, de Cryptonews

Où s’informer

Livre Le bitcoin et les cryptomonnaies pour les nuls, 2e édition, de Daniel Ichbiah et Jean-Martial Lefranc (octobre 2021, éditions First)

Livre Mastering Blockchain, de Lorne Lantz et Daniel Cawrey (en anglais – novembre 2020, éditions O’Reilly)