La Banque de l’infrastructure du Canada (BIC) et Fiera Dette Privée montent à bord de la Sofiac, le véhicule créé par Econoler et Fondaction pour investir dans les PME qui veulent améliorer leur performance énergétique.

Hélène Baril
Hélène Baril La Presse

Ensemble, les partenaires s’engagent à investir jusqu’à 200 millions dans la modernisation de bâtiments commerciaux, industriels et multirésidentiels au Québec pour réduire leur empreinte énergétique.

La Sofiac, ou Société de financement et d’accompagnement en performance énergétique, a vu le jour en janvier 2020. L’initiative commune d’Econoler et de Fondaction part du principe que, pour réduire leur consommation d’énergie, les PME doivent dépenser de précieuses liquidités et attendre des années pour récupérer leur investissement, ce qui est dissuasif.

La Sofiac leur offre de profiter des économies tout de suite en finançant les travaux nécessaires à leur projet. Une partie des économies réalisées sert à rembourser la Sofiac, et l’entreprise en profite ensuite à 100 %.

Prometteur

La Banque de l’infrastructure du Canada juge le modèle de la Sofiac assez prometteur pour y investir jusqu’à 100 millions sous forme de prêt. Ça « correspond parfaitement » au plan de croissance de la BIC, a indiqué lundi son PDG, Ehren Cory, dans un communiqué. Ce plan prévoit que la BIC investira 2 milliards dans la rénovation énergétique des bâtiments au Canada.

La contribution de Fiera Dette Privée, filiale de Fiera Capital, se fera aussi sous forme de prêt pouvant atteindre 60 millions, tandis que Fondaction investira jusqu’à 30 millions en capital-actions. Une subvention de 5,5 millions a été accordée à la Sofiac par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec.

Cet argent sera disponible pour les entreprises dont la facture annuelle d’énergie est de 1 million de dollars et plus. L’objectif est de réduire cette facture de 25 % à 40 % grâce à des rénovations en profondeur. C’est Econoler, firme qui se spécialise depuis 40 ans dans les programmes d’efficacité énergétique, qui sera responsable de la conception et de la réalisation des projets acceptés par la Sofiac.

La présidente-directrice générale de Fondaction, Geneviève Morin, assure que cette initiative générera un rendement intéressant pour les déposants. « Ce ne sera pas 25 % ou 30 % comme ce à quoi s’attendent les investisseurs en capital de risque, mais ce ne sera pas 2 % non plus », avait-elle dit lors du lancement de la Sofiac.