Après Longueuil, c’est au tour de Laval de publier son nouveau rôle d’évaluation foncière. Sans surprise, le secteur résidentiel a pris davantage de valeur que le secteur non résidentiel depuis trois ans.

André Dubuc
André Dubuc La Presse

La valeur moyenne d’une maison unifamiliale passe donc de 360 700 $ à 441 000 $ avec le nouveau rôle. Il y a 10 ans, la même maison avait une valeur moyenne de 255 500 $, de quoi faire rêver les aspirants à la propriété.

Au total, le secteur résidentiel lavallois s’apprécie de 20,2% selon le nouveau rôle. La valeur des maisons unifamiliales gagnent 22,3 %. Trois immeubles sur quatre à Laval sont de nature résidentielle.

La valeur au rôle 2022-2023-2024 est établie en fonction de la valeur marchande des immeubles en date du 1er juillet 2020. « Une fois établie, cette valeur sert de base pour déterminer la taxation municipale », explique la Ville sur sa page web consacrée au rôle. Pour le rôle précédent, la date de référence était le 1er juillet 2017.

Le parc immobilier de Laval compte maintenant 154 045 unités d’évaluation. Sa valeur s’est globalement appréciée de 19,2 %, passant de 64,1 milliards au rôle 2019-2020-2021 à 76,5 milliards au rôle 2022-2023-2024.

Effet sur l’avis d’imposition

« Le dépôt d’un nouveau rôle d’évaluation a généralement peu d’impact sur les charges fiscales auprès des contribuables, indique la Ville dans un communiqué. Chaque année, lorsque le budget municipal est adopté selon le coût des services et les besoins des citoyens, le fardeau fiscal est équitablement réparti en fonction de la valeur des propriétés, à l’aide du taux de taxation. »

La Loi sur la fiscalité municipale du Québec permet l’étalement des variations de valeurs foncières du nouveau rôle sur trois ans. La Ville de Laval utilise cette méthode depuis 1989.

« Combinées à la réduction des taux de taxation, ces dispositions permettent de réduire au minimum, pour les propriétaires, l’impact des hausses de valeurs foncières sur le compte de taxes », lit-on dans le communiqué.

N’empêche, si l’augmentation de la valeur d’une propriété est supérieure à l’augmentation moyenne de la valeur des propriétés d’une même catégorie, il est possible que le contribuable subisse une hausse de taxes plus importante que la normale. C’est l’inverse si l’augmentation de valeur d’une propriété donnée est inférieure à la moyenne.

Consultez le rôle d'évaluation foncière et de taxation de Laval