(Hong Kong) Le plus grand syndicat de Hong Kong a annoncé mardi son autodissolution, évoquant la « forte pression » des autorités qui sont en train de réprimer le mouvement prodémocratie et imposent l’orthodoxie politique dans le centre financier.

Agence France-Presse

Créé en 1973, le Syndicat des enseignants professionnels (PTU) était le plus grand syndicat de la ville, avec quelque 95 000 membres, et avait un rôle important dans le mouvement prodémocratie.

« Après en avoir discuté, le comité exécutif a décidé à l’unanimité de dissoudre le syndicat », a déclaré à la presse Fung Wai-wah, le président du PTU, évoquant une décision « déchirante ».

« L’environnement social et politique a changé rapidement ces dernières années, nous sommes sous forte pression. Nous ne trouvons pas de solution à la crise à laquelle nous faisons face », a-t-il dit.

Le régime de Pékin réprime durement ses opposants depuis les immenses et parfois violentes manifestations prodémocratie qui ont secoué la ville il y a deux ans.

Le PTU, une des voix les plus modérées du mouvement prodémocrate, a été très critiqué par les autorités de Hong Kong et de Pékin, qui estiment que les enseignants ont joué un rôle clé pour pousser les jeunes à descendre dans la rue.

Le mois dernier, de nombreux médias d’État chinois avaient publié des articles sur le syndicat, qualifié de « tumeur maligne qu’il faut enlever ».