Les entrepreneures reçoivent un coup de pouce du gouvernement fédéral, qui verse 1,05 million au Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ) pour le développement de nouveaux programmes.

Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

La vice-première ministre et ministre des Finances, Chrystia Freeland, en a fait l’annonce mardi à Longueuil, en compagnie de la députée de Longueuil‒Charles-LeMoyne, Sherry Romanado.

« Bien que la COVID-19 ait touché tous les Canadiens, les femmes ont été touchées de façon disproportionnée. Sur le marché du travail, les femmes ont été frappées plus tôt et plus fort. Il s’agit d’une récession au féminin », a souligné Mme Freeland.

L’annonce de mardi s’inscrit donc dans une volonté de « renforcer l’écosystème d’entrepreneuriat féminin ».

Le RFAQ utilisera la subvention d’Ottawa pour un projet qui vise à développer de nouveaux marchés pour les entreprises dirigées par des femmes. Les femmes entrepreneures pourront notamment bénéficier d’un maillage entre elles et avec de grandes entreprises, où il pourrait y avoir des débouchées pour leurs produits.

« Au fil des années, le RFAQ s’est forgé une solide réputation, une expertise unique en matière d’accès aux marchés et de diversification des fournisseurs », a expliqué la PDG de l’organisme, Ruth Vachin. « Alors c’est un projet qu’on peut qualifier de catalyseur de croissance pour les femmes entrepreneures, qui va contribuer à l’économie du Québec et du Canada. »

Selon Chrystia Freeland, de tels projets pourront « stimuler l’économie locale et permettre à l’économie canadienne de rebondir ».