L’entreprise québécoise de génie-conseil en environnement Englobe effectue un bond de croissance en Ontario avec l’acquisition de la firme Terraprobe, de Brampton, en périphérie de Toronto.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Avec ses 200 employés, Terraprobe est la plus importante acquisition réalisée à ce jour par Englobe, et la cinquième réalisée depuis trois ans.

Cette acquisition de croissance en Ontario représente aussi une autre étape majeure du plan d’affaires d’Englobe, dont le chiffre d’affaires se situe désormais aux environs de 400 millions de dollars, et dont l’effectif compte maintenant 2600 employés répartis dans une soixantaine de bureaux d’affaires et de sites d’activité au Canada et en Europe.

« L’acquisition de Terraprobe, une firme avec laquelle nous avions des projets conjoints depuis des années, nous permet d’augmenter considérablement notre présence dans l’énorme marché de la grande région de Toronto et du sud de l’Ontario », explique Mike Cormier, coprésident d’Englobe, lors d’un entretien avec La Presse.

PHOTO FOURNIE PAR ESPACE JAUNE STUDIO PHOTO

Mike Cormier, coprésident d’Englobe

« De plus, la grande expérience de Terraprobe dans des projets de plus haute technicité nous permettra de rehausser encore notre offre de services-conseils en projets environnementaux et en traitement des sols contaminés. »

Ambitions de croissance

Par ailleurs, indique M. Cormier, cette nouvelle acquisition d’Englobe s’inscrit dans la continuité de ses ambitions de croissance dans un secteur d’activité aux perspectives d’expansion très favorables, mais qui est aussi en phase de consolidation soutenue entre des entreprises concurrentes ou complémentaires.

« Avec l’acquisition de Terraprobe, la cinquième en trois ans, Englobe consolide son positionnement d’entreprise de taille intermédiaire entre quelques grosses firmes, dont certaines font presque 10 fois sa taille, et une kyrielle de PME très spécialisées ou d’envergure régionale », indique Mike Cormier, joint au bureau régional d’Englobe à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Le siège social d’Englobe est situé à Québec, et l’entreprise a des bureaux dans cinq autres provinces et territoires (Ontario, Alberta, Nouveau-Brunswick, Colombie-Britannique, Territoires du Nord-Ouest), ainsi qu’en France et au Royaume-Uni.

Cela dit, quelle est la suite des ambitions d’Englobe ?

« Nous sommes dans un marché — le génie-conseil en environnement — qui offre une quantité pratiquement infinie d’occasions de développement et de croissance. Ce marché est aussi très concurrentiel et très exigeant en matière d’excellence de gestion opérationnelle », indique Mike Cormier.

D’ailleurs, Englobe entame la deuxième année de son plan d’affaires qui vise à permettre à l’entreprise de doubler de taille en quatre ans, soit de 2019 à 2023. Sa taille a déjà doublé depuis 2016, avec l’appui de deux investisseurs d’envergure dans son capital-actions : le fonds d’investissement ONCAP du groupe torontois Onex, ainsi que la division des placements privés de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Englobe en un coup d’œil

Activités : génie-conseil en projets d’environnement et de traitement de sols contaminés

Siège social : Québec

Effectif : environ 2600 employés (Canada, France, Royaume-Uni)

Chiffre d’affaires : environ 400 millions

Actionnariat : fonds d’investissement ONCAP (Onex Corporation, Toronto), Caisse de dépôt et placement du Québec, environ 200 employés cadres

Année de fondation : 2006 (fusion de PME par le fonds ONCAP d’Onex)