Le prix du litre d’essence est remonté à son niveau d’avant la pandémie cette semaine dans le Grand Montréal. Selon des experts, sa remontée autour de 1,22 $ est surtout explicable par une hausse du prix du baril de pétrole brut et elle devrait vraisemblablement se maintenir dans les prochaines semaines.

Publié le 10 févr. 2021
Antoine Trussart
Antoine Trussart La Presse

« Le prix du pétrole remonte, c’est la principale cause, soutient Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal. Les volumes [de ventes d’essence] demeurent inférieurs à l’habitude. Au niveau canadien, c’est de l’ordre de 10 à 20 % de réduction de la consommation. Et comme les stations-service ont des frais fixes, si elles ont moins de volume de ventes, elles vont essayer d’aller chercher une plus grande marge par litre vendu. »

Si le prix du pétrole a été poussé vers le bas en 2020 à cause d’une baisse draconienne de la demande de carburant, il y a eu un rééquilibrage de la production au cours des derniers mois qui a mené à une remontée des prix, explique M. Pineau.

« Les bas prix ont servi à faire baisser la production » au cours de la dernière année, poursuit-il. La décision de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) de diminuer sa production a pu jouer également dans la remontée du prix du baril.

Selon CAA-Québec, le prix moyen à la pompe à Montréal se situe à 1,23 $ pour un litre d’essence ordinaire. Il est probable que cette hausse se poursuive, car les stations-service ne semblent pas avoir augmenté leur marge de profit au Québec.

« Les frais fixes des détaillants n’ont pas diminué, donc possiblement qu’on pourrait remarquer dans les prochaines semaines une légère hausse de la marge au détail pour couvrir les frais fixes des stations-service », explique Nicolas Ryan, de CAA-Québec.

Les prix à la pompe sont à la hausse dans toutes les régions du Québec depuis la mi-novembre 2020, selon les chiffres de la Régie de l’énergie du Québec. La moyenne pondérée de toute la province est passée de 1,03 $ le litre le 16 novembre dernier à 1,14 $ le 25 janvier. Ce chiffre est passé de 1,04 $ à 1,18 $ à Montréal pour la même période.

En ce début d’année, le prix de l’essence est donc revenu sensiblement au point où il était avant la pandémie. Il avait chuté drastiquement lors du premier confinement pour atteindre un creux moyen de 0,83 $ le litre à la mi-avril dans la province.

Le prix du pétrole West Texas Intermediate (WTI), qui est la référence pour la consommation pétrolière au Canada, était de 58 $ US mardi. Là aussi, les chiffres se situent au niveau prépandémique et même un peu plus haut, alors que le baril WTI se négociait autour de 50 $ US au début de 2020. Le WTI a ensuite connu un creux à 30,26 $ US en avril pour remonter durant l’été. Après un second creux à la fin d’octobre, les prix n’ont cessé d’augmenter pour atteindre le sommet de ces jours-ci.