(New York) Après l’assaut du Capitole, plusieurs grandes entreprises américaines ont pris la décision de couper les ponts financiers avec Donald Trump et ses plus ardents partisans. Parmi elles, plusieurs banques du locataire de la Maison-Blanche.

Juliette MICHEL
Agence France-Presse

Deutsche Bank a en effet décidé qu’elle ne ferait plus affaire à l’avenir avec le président américain ou avec ses entreprises, autrement que pour le remboursement des plus de 300 millions de dollars qu’il doit encore à l’établissement financier.

Signature Bank a de son côté commencé à fermer les comptes personnels de l’homme d’affaires républicain qu’elle gère, qui comptaient 5,3 millions de dollars au dernier rapport officiel.

De nombreuses figures du monde des affaires avaient rapidement dénoncé les violences après l’intrusion de supporteurs du président américain au Congrès le 6 janvier.

Quelques-unes, comme le puissant syndicat AFL-CIO, l’investisseur milliardaire Nelson Peltz ou l’entreprise Ben & Jerry’s, ont même appelé au départ immédiat de Donald Trump.

Mais certaines entreprises ont maintenant décidé d’aller encore plus loin, au-delà des mots.  

Twitter a éjecté le président de sa plateforme de communication préférée en fermant définitivement son compte, et d’autres réseaux sociaux comme Facebook et Instagram ont suspendu son profil.

La plateforme de vente en ligne Shopify a fermé des pages officielles vendant des articles à son effigie.

Le service de paiement sur l’internet Stripe a décidé de ne plus gérer les transactions de son site de campagne.  

D’autres ont tourné leur attention vers les responsables politiques.  

Plusieurs sociétés comme le géant de l’hôtellerie Marriott, l’assureur santé Blue Cross Blue Shield ou l’émetteur de cartes de crédit American Express ont indiqué qu’elles allaient cesser toute donation aux élus républicains s’étant opposés le 6 janvier à la certification des résultats de l’élection présidentielle.

Pour combien de temps ?

D’autres grandes sociétés comme la banque JPMorgan Chase, le géant de l’informatique Microsoft, le réseau social Facebook ou le moteur de recherche Google ont, elles, décidé de suspendre toute activité de leur Comité d’action politique (PAC), aussi bien en faveur de républicains que de démocrates.  

Ces PAC collectent des dons versés par les employés pour les reverser à des candidats ou des partis politiques choisis par l’entreprise.

Mais il n’est pas certain que cette prise de distance du monde des affaires avec les politiques se perpétue.  

Suspendre les contributions politiques aux législateurs qui ont voté contre la certification de Joe Biden le 6 janvier « peut avoir un impact réel en envoyant le message clair que rompre avec les normes démocratiques et répandre de la désinformation ne sera pas toléré », a estimé Daniel Newman, le co-fondateur de l’organisation MapLight, qui étudie de près les financements des partis et responsables politiques.

Mais « nous avons besoin de plus qu’une autorégulation des entreprises pour réparer notre démocratie brisée », ajoute-t-il en plaidant pour une vaste réforme du financement de la politique et de la transparence gouvernementale.  

« C’est un vrai moment de vérité ? Changent-ils vraiment leur comportement ? Ou reviennent-ils à leurs habitudes après une certaine période ? », s’interroge pour sa part Bruce Freed, du Centre pour la responsabilité des politiques.

Chez JPMorgan Chase, la suspension des contributions du PAC a été décidée pour « au moins six mois », chez Facebook ce sera « pendant au moins trois mois ».  

Un porte-parole de Google a précisé que ce sera « le temps d’examiner et de réévaluer les politiques suite aux évènements particulièrement perturbants de la semaine dernière », tandis que Microsoft a souligné que ce serait « le temps d’(en) évaluer les implications ».

Toutes ces entreprises peuvent aussi continuer à verser de l’argent en dehors de leur PAC, à leurs fédérations professionnelles par exemple, qui peuvent ensuite les reverser à des candidats favoris.

« Vont-ils aussi poser une limite à ce genre de dépenses ? » s’interroge Bruce Freed.

Alors que le président désigné Joe Biden a promis de relever les impôts sur les sociétés ou d’augmenter le salaire horaire minimum, les grandes entreprises vont probablement retrouver le chemin des bureaux des parlementaires dès que le nouveau Congrès sera mis en place. D’autant que des élections législatives se tiennent tous les deux ans et que les prochaines auront donc lieu dès 2022.