À moins d’un immense revirement, tout indique que les voyageurs canadiens qui ont jusqu’ici dû se contenter de crédits en échange de voyages annulés en raison de la pandémie auront finalement droit à des remboursements. Ottawa a annoncé dimanche qu’il amorce des discussions pour aider les transporteurs et que ces remboursements seront la première condition.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

« Le secteur du transport aérien ne peut relever seul ces défis, étant donné les répercussions inédites sur ses activités », a reconnu le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, dans un communiqué transmis en après-midi. Le Canada est l’un des rares grands pays à ne pas avoir encore directement aidé ses transporteurs aériens.

« Pour protéger les Canadiens, le gouvernement du Canada met sur pied un train de mesures d’aide destinées aux transporteurs aériens, aux aéroports et au secteur aérospatial canadiens. Parmi ces mesures, nous sommes prêts à mettre en place un processus avec les grands transporteurs aériens à propos d’une aide financière qui pourrait comporter des prêts et possiblement d’autres types de soutien dans le but de garantir des résultats importants pour les Canadiens. »

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Marc Garneau, ministre des Transports

« Nous prévoyons commencer les discussions avec les transporteurs cette semaine. »

Ottawa impose toutefois deux conditions d’emblée : le remboursement des voyageurs et le maintien de certaines liaisons régionales. Il n’a toutefois fourni aucun détail sur ces deux sujets. Au chapitre des liaisons régionales, par exemple, on ignore s’il souhaite un maintien de la situation actuelle ou un retour des liaisons qui ont été éliminées au cours des derniers mois.

L’annonce d’une telle aide un dimanche après-midi, sans détails précis, après des mois de demandes de l’industrie, étonne. Au cabinet du ministre Garneau, on expliquait le sentiment d’urgence par le fait qu’Air Canada doit s’adresser ce lundi aux marchés financiers pour dévoiler ses résultats trimestriels. Inévitablement, le plus important transporteur aérien au pays allait devoir traiter de ce sujet.

Plus de 3 milliards pour Air Canada et Transat

Le 21 octobre dernier, le principal rival d’Air Canada au pays, WestJet, avait surpris en annonçant son intention de rembourser ses clients. Dans ce contexte, il n’était déjà pas impossible, avant même l’annonce faite dimanche par le ministre Garneau, de voir Air Canada procéder à une annonce similaire ce lundi.

Au 30 juin dernier, Air Canada affichait à ses états financiers 2,4 milliards de dollars en « produits passages perçus d’avance ». Dans les faits, et même si la transaction entre les deux entreprises n’est pas encore conclue, le transporteur à la feuille d’érable détient aussi actuellement la capacité d’empêcher Transat de rembourser ses clients. Cette dernière affichait des « dépôts de clients et revenus différés » de 638 millions au 31 juillet dernier.

Les sommes dues par Sunwing, WestJet, Porter et d’autres transporteurs canadiens, qui ne sont pas directement inscrits en Bourse, sont inconnues.

La missive du ministre Garneau promet aussi de l’aide aux aéroports et à l’industrie aérospatiale, tout aussi durement touchés que les transporteurs. Ceux-ci devront toutefois attendre que le sort des transporteurs soit réglé, a-t-on indiqué.