Après un gel d’un an, les tarifs d’électricité augmenteront de 1,3 % au Québec le 1er avril 2021.

Hélène Baril
Hélène Baril La Presse

Cette augmentation correspond à la variation de l’indice des prix à la consommation au Québec entre le 30 septembre 2019 et le 30 septembre 2020, explique Hydro-Québec dans une annonce vendredi.

C’est la première fois qu’Hydro-Québec augmente ses tarifs sans passer par l’approbation de la Régie de l’énergie, comme le lui permet maintenant la loi adoptée par le gouvernement Legault (la loi 34). La société d’État a été autorisée à augmenter ses tarifs au niveau de l’inflation chaque année jusqu’en 2025. Elle devra alors se présenter devant la Régie de l’énergie pour justifier la prochaine hausse.

L’économie québécoise ne sera vraisemblablement pas sortie de la crise du coronavirus lorsque l’augmentation des tarifs d’électricité entrera en vigueur au printemps prochain. « Dans la situation difficile que nous connaissons, Hydro-Québec continue de mettre en place des mesures visant à soulager sa clientèle », indique l’entreprise.

Le moratoire sur les interruptions de service en cas de non paiement est prolongé « au moins » jusqu’au 31 mars 2021, précise Hydro. La société d’État offre à ses clients en difficultés financières des ententes pour étaler le paiement de leurs factures.

La hausse annoncée vendredi s’applique à toute la clientèle d’Hydro-Québec, à l’exception des grands clients industriels (tarif L), qui sera annoncée plus tard.

L’augmentation de 1,3 % correspond à la hausse de l’IPC du Québec qui exclut les boisons alcoolisées, les produits du tabac et le cannabis récréatif.