Devant le nombre élevé d’interrogations suscitées par la pandémie sur le plan du travail, la firme PVRH Recrutement a lancé, en septembre, un service d’assistance virtuel pour répondre aux urgences en gestion des ressources humaines. À la manière d’un service comme celui de l’assistance routière de CAA, le Club PVRH de la firme de recrutement et de services-conseils offre notamment du soutien par téléconsultation et clavardage illimité. Il permet aussi d’être dirigé vers des spécialistes, comme un avocat et une psychologue industrielle.

Isabelle Massé
Isabelle Massé La Presse

Si un employé en télétravail déboule un escalier à 11 h, un jour de semaine, est-ce un cas de santé et sécurité du travail ? Comment prendre en charge un cas de harcèlement à distance ? Comment peut-on engager des travailleurs immigrants à l’heure actuelle ? Que faire lorsqu’un employé ne veut pas partir en voyage d’affaires aux États-Unis ? « La COVID a provoqué un débordement de questions, constate Dorice Lévesque, vice-présidente, directrice des ventes et du recrutement de PVRH Recrutement. On a été inondés d’appels de nos clients dépourvus. Les informations changeaient aux cinq minutes. On s’est rendu compte qu’il y avait un besoin de trouver rapidement l’information… et la bonne information. »

La pandémie a aussi changé beaucoup d’habitudes au travail. « Le Club permet donc de centraliser l’information et d’avoir quelqu’un de disponible rapidement pour aider, poursuit Dorice Lévesque. Par ailleurs, les coûts d’une personne qualifiée et expérimentée en ressources humaines peuvent être élevés pour une entreprise. »

Le Club PVRH s’avère aussi un soutien pour les entrepreneurs qui vivent de l’incertitude de plus belle avec les nouvelles mesures gouvernementales du début d’octobre. « On sent la détresse, surtout dans les entreprises en hôtellerie, en culture, en restauration, en événementiel, plus touchées », constate Dorice Lévesque.

« Tout le monde vit des enjeux »

PVRH Recrutement compte Goodfood, ARS solutions d’affaires et technologies, Gab Induspac et Groupe Brasa parmi les clients à qui elle est venue en aide jusqu’à présent.

On croyait que notre service serait destiné aux PME de moins de 100 employés, mais les départements de ressources humaines sont tellement débordés qu’on leur permet, en tant que guichet unique, de perdre moins de temps à chercher une information.

Dorice Lévesque, vice-présidente, directrice des ventes et du recrutement de PVRH Recrutement

« Cette initiative [de PVRH] fait effectivement écho au fait qu’il y a beaucoup de questions, note Manon Poirier, directrice générale de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Tout le monde vit des enjeux. Mais les petites et moyennes entreprises, qui ont peu de ressources, ont besoin d’aide. »

En début de pandémie, l’Ordre a lui-même offert le service d’urgence Soutien RH aux organisations. « Les différentes subventions gouvernementales suscitaient des questions, se rappelle Manon Poirier. Des entreprises se demandaient aussi quelles étaient leurs obligations en ce qui a trait au télétravail. »

Dans le même ordre d’idées, en janvier 2021, l’Ordre lancera le service Carrefour RH, une plateforme qui permettra notamment d’entrer en contact avec des professionnels en ressources humaines. « On y travaille depuis un an, dit Manon Poirier. Avant même la pandémie, la pénurie de main-d’œuvre causait beaucoup de préoccupations. »