Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Le financement privé dévoilé par AppDirect la semaine dernière donne maintenant une valeur de 2 milliards de dollars à cette entreprise de services infonuagiques dans laquelle la montréalaise Stingray possède un intérêt.

La juste valeur de ce placement était évaluée à 23 millions au printemps. Stingray pourrait obtenir jusqu’à 26 millions aujourd’hui pour sa participation dans AppDirect, selon Adam Shine, de la Banque Nationale. C’est presque l’équivalent d’environ 10 % de la capitalisation boursière de Stingray.

Et ce placement dans AppDirect n’est pas escompté dans le cours boursier de Stingray, selon l’analyste de la Banque Nationale. L’occasion de monétiser cet investissement pourrait venir rapidement, croit-il. « Stingray pourrait utiliser l’argent de la vente pour réduire sa dette. »

Il est difficile d’établir avec certitude la somme que Stingray pourrait récolter, car il est possible qu’un escompte soit appliqué au moment de la vente en considération du facteur de liquidité. L’escompte serait ainsi utilisé pour refléter la négociabilité du titre d’AppDirect.

***

Cominar alimente la spéculation depuis que le fonds de placement immobilier de Québec a révélé mardi que toutes les voies pouvant créer de la valeur sont considérées. Propriétaire de plusieurs centres commerciaux, Cominar est fortement exposé au commerce de détail, un secteur ébranlé par la pandémie. Cette situation amène Jonathan Kelcher, de la TD, à rappeler que la fiducie immobilière Artis a annoncé plus tôt ce mois-ci l’essaimage prochain de ses immeubles commerciaux dans une fiducie séparée.

***

Louis Vachon a acheté pour 140 000 $ d’actions de Molson Coors en début de semaine. Le PDG de la Banque Nationale, et administrateur du brasseur de bière, a acheté lundi un bloc de 3000 actions.

***

Les titres québécois de Québecor, du CN et d’Aimia ont touché cette semaine un sommet de la dernière année en Bourse. À l’opposé, ceux de Molson Coors et Transat ont atteint un nouveau plancher des 52 dernières semaines.

***

Trois entreprises québécoises se classent dans le TSX30 2020 dévoilé mardi par la Bourse de Toronto. Cette liste reconnaît les 30 titres du TSX ayant enregistré la plus forte appréciation du cours de leur action sur une période de trois ans. Neptune (+ 245 %), Champion Iron (+ 169 %) et Marché Goodfood (+ 163 %) apparaissent dans cette liste dominée par Shopify (+ 1043 %).

***

« Shopify et tous les autres titres technologiques au pays se [négocient] à des multiples tout simplement inexplicables », affirme le gestionnaire de portefeuille Paul Beattie, de la firme montréalaise BT Global. « Si tout était évalué à la perfection, il tomberait sous le sens de détenir des titres qui s’échangent à d’énormes multiples, parce qu’il n’y aurait pas d’alternatives. Mais le marché est souvent inefficient et on peut trouver de la valeur partout. Vendre les titres de technologies à découvert semble attrayant en ce moment », dit-il dans sa lettre financière publiée cette semaine.

***

Les investisseurs n’accordent pour l’instant aucune valeur à l’offensive de Marché Goodfood dans l’épicerie en ligne, selon Martin Landry, chez Stifel/GMP. Il voit là une occasion d’achat, parce que « le titre pourrait tripler d’ici trois ou quatre ans », souligne-t-il dans une note publiée lundi.

***

Les échanges pour le moins émotifs rendus publics cette semaine entre, d’un côté, les patrons d’Altice et Rogers et, de l’autre, ceux de Cogeco ont fait réagir l’analyste Adam Shine, de la Banque Nationale. « Il y aura sans doute une suite à cette affaire, mais les correspondants ont peut-être avantage à prendre une pause avant de succomber à la haine. » Cogeco ne semble pas vendeur et on peut sérieusement se demander si Altice et Rogers sauront trouver une façon de convertir la famille Audet à leur projet, dit-il.

***

Mercredi, ça fera six mois exactement que le creux du marché dicté par la pandémie a été atteint.