(Washington) Un accord sur TikTok pourrait intervenir « rapidement », a estimé vendredi Donald Trump alors que son administration a annoncé une interdiction, à partir de dimanche, de nouveaux téléchargements de l’application chinoise très populaire aux États-Unis.

Agence France-Presse

Le président républicain a en revanche semé le doute sur l’accord avec la maison mère chinoise, ByteDance, qui est en cours de négociation, laissant entendre qu’outre Oracle, Microsoft pourrait rester « impliqué » dans un potentiel partenariat.  

« Nous verrons s’ils continuent ou non à être impliqués », a-t-il commenté alors que l’offre de Microsoft a été rejetée le week-end dernier par la Chine.

Il a par ailleurs qualifié le géant de la distribution Walmart, également sur les rangs, d’« entreprise formidable ».

« Nous avons donc d’excellentes options et nous pourrions peut-être faire en sorte que beaucoup de gens restent heureux tout en bénéficiant de la sécurité dont nous avons besoin », a-t-il insisté, en référence aux 100 millions d’utilisateurs aux États-Unis.

Donald Trump accuse depuis des semaines TikTok d’espionnage pour le compte de Pékin, sans avoir rendu publics des éléments de preuve.

Début août, il a pris un décret, contesté en justice par TikTok, posant un ultimatum à ByteDance.

La maison mère a jusqu’au 20 septembre, soit dimanche,  pour céder ses activités TikTok sur le sol américain à une entreprise « made in US ».

La décision annoncée vendredi laisse toutefois un répit, jusqu’au 12 novembre, soit quelques jours après les élections, avant que l’application ne cesse de fonctionner aux États-Unis.

Donald Trump a martelé que la sécurité était la priorité.

« Nous n’allons rien faire pour compromettre la sécurité », a-t-il dit. « En même temps, c’est une entreprise incroyable, très, très populaire. Donc, si nous pouvions faire une combinaison des deux, je serais heureux », a-t-il tempéré.  

« Ça pourrait aller très, très vite », a-t-il insisté.

Une porte-parole de TikTok a dénoncé vendredi la décision américaine, assurant que la plateforme présentait toutes les garanties pour respecter la sécurité des usagers américains.

« Dans notre proposition à l’administration américaine, nous nous sommes déjà engagés à des niveaux sans précédent de transparence et de responsabilité supplémentaires, bien au-delà de ce que les autres applications sont prêtes à faire », avait-elle souligné.