(Québec) La pandémie n’a pas changé les plans de Club Med pour Charlevoix. L’été touristique hors pair que vient de connaître la région rassure même la multinationale qui va y inaugurer en décembre 2021 son premier village de montagne en Amérique du Nord.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« On est excités de voir à quel point les Québécois sont venus en grand nombre dans Charlevoix cet été et ont apprécié l’expérience. Ça nous a rassurés encore plus », explique en entrevue le Montréalais David Meyer, chef de projets pour l’Amérique du Nord chez Club Med.

La pandémie a frappé durement l’industrie touristique. Le géant français, propriété du conglomérat chinois Fosun, n’a pas été épargné. Ses sites ont été fermés pendant deux mois.

Mais cette situation exceptionnelle ne change en rien le projet de Charlevoix, assure M. Meyer. Le Club Med Québec Charlevoix – ce sera son nom – est un projet de 120 millions de dollars, avec 300 chambres au pied de la station de ski Le Massif.

PHOTO FOURNIE PAR CLUB MED

David Meyer, chef de projets pour l’Amérique du Nord chez Club Med

Décembre 2021, c’est un timing intéressant. Si les choses évoluent positivement, ça peut être un bon timing pour la reprise du tourisme international. Mais on ne peut pas prédire ce qui va se produire d’ici là.

David Meyer, chef de projets pour l’Amérique du Nord chez Club Med

Le Groupe Le Massif, qui pilote ce projet, devait initialement livrer le village en décembre 2020. Mais des délais de construction ont forcé un report d’un an.

Puis la pandémie a entraîné la fermeture du chantier pendant deux mois. Mais l’objectif reste encore décembre 2021.

« Le projet a été décalé d’un an. Ce délai était plus que le retard réel, parce qu’on voulait maintenir notre ouverture en décembre 2021 sur une saison d’hiver. », explique M. Meyer.

« Il y avait de la marge, ce qui nous permet, malgré l’arrêt du chantier pendant deux mois à cause de la COVID-19, de garder notre date prévue d’ouverture au début de décembre 2021 », ajoute le cadre de Club Med.

Rappelons que la multinationale du voyage a conclu une entente de 15 ans avec Groupe Le Massif pour exploiter l’hôtel.

Attirer les Québécois

Le Club Med Québec Charlevoix sera le premier village de montagne en Amérique du Nord pour l’entreprise, après deux tentatives au Colorado il y a plus de 10 ans. Ce sera aussi le premier village de montagne ouvert durant les quatre saisons.

PHOTOMONTAGE FOURNI PAR LE CLUB MED

Club Med pense que cette nouvelle destination plaira aux clients brésiliens, européens, américains, mais aussi aux Québécois. Et c’est peut-être encore plus vrai depuis la pandémie.

Ç’a toujours été notre stratégie. Notre stratégie a toujours été basée sur un marché local Nord-Est américain et aussi international.

David Meyer

« Mais avec ce qu’on voit aujourd’hui, on pense que la part de ce marché de proximité sera plus importante que le marché international, du moins au début », ajoute celui qui a notamment enseigné le ski au mont Sutton avant de commencer sa carrière chez Club Med.

Rien ne garantit en effet que les frontières auront rouvert en décembre 2021 ni que l’industrie aérienne aura redécollé. La clientèle québécoise se devra donc d’être au rendez-vous.

David Meyer pense pouvoir convaincre les Québécois de skier au Club Med. « On est le premier hôtel de montagne tout inclus en Amérique du Nord, dit-il. J’ai grandi dans une famille de skieurs. C’était la croix et la bannière de partir en voyage de ski. On rend cette expérience la plus fluide possible. »

La multinationale a déjà commencé à rouvrir des destinations ; c’est le cas du Club Med Sandpiper, en Floride. D’autres réouvertures – en Guadeloupe, à Punta Cana et à Cancún – suivront en octobre. L’entreprise espère que tous ses hôtels de l’Amérique du Nord seront rouverts d’ici la fin de l’année.

« Ce qu’on sent ici, en Floride, c’est que les gens ont envie de changer d’environnement, note David Meyer. Ce qui est important, c’est de vite les rassurer quant aux mesures d’hygiène pour qu’ils puissent profiter de leurs vacances. »