La fin des tours de bureaux n’est manifestement pas pour demain. Les comptables Deloitte deviennent le premier locataire non lié aux promoteurs à conclure une entente de location à l’Espace Montmorency, adjacent au terminus de la ligne orange du métro et à la Place Bell, à Laval.

André Dubuc
André Dubuc La Presse

Ce complexe de 450 millions, signé Sid Lee Architecture, est un ensemble urbain à usage multiple composé d’une dizaine d’immeubles de 1,3 million de locaux locatifs. Il comprendra un hôtel de 188 chambres, 700 logements locatifs, 142 000 pieds carrés destinés aux commerces, dont des restaurants, et 332 000 pieds carrés aux bureaux.

Groupe Sélection, concepteur et exploitant de résidences pour personnes âgées et Montoni, deux membres du consortium qui bâtit Espace Montmorency, en compagnie du Fonds immobilier de la FTQ ont déjà annoncé qu’ils allaient y déménager leur siège social respectif.

Deloitte viendra les rejoindre au début de 2023. L’enseigne de l’entreprise sera installée à l’extérieur de l’immeuble et sera visible de l’autoroute des Laurentides. L’effectif de 90 personnes occupe aujourd’hui des bureaux dans l’une des Tours Triomphe, sur le boulevard Daniel-Johnson. La superficie louée à Espace Montmorency n’est pas encore fixée à ce stade-ci.

« Ce projet a débuté bien avant la pandémie, explique Geneviève Provost, associée directrice pour le Québec et la région d’Ottawa, dans un entretien. La situation actuelle ne nous fait pas douter de notre décision.

On continue de croire qu’il est important d’avoir un espace disponible de collaboration pour nos gens et pour nos clients.

Geneviève Provost, associée directrice pour le Québec et la région d’Ottawa chez Deloitte

« C’est positif de faire une annonce tant à nos employés qu’à nos clients à ce moment et d’affirmer que l’on croit toujours à l’économie dans les villes où nous sommes établis », a-t-elle poursuivi.

Superficie des postes de travail en hausse

À quoi ressemblera le bureau nouveau en 2023 ? a demandé La Presse à Dario Montoni, président de Groupe Montoni.

« On a vraiment focalisé sur la technologie, a-t-il répondu. C’est un bâtiment intelligent. Le travailleur qui entrera par le stationnement sera identifié avec son téléphone. Tout l’immeuble est programmé pour interagir avec le téléphone de la personne. Rendue à l’ascenseur, elle ne touchera à aucun bouton. Le système saura à quel étage elle travaille. »

Les locataires d’Espace Montmorency se serviront d’une application de type OneFlow. Elle servira à la gestion des lieux communs pour des réunions, des espaces de stationnement, des commandes et des réservations auprès des commerçants.

Les espaces communs (corridors, toilettes, terrasses extérieures) seront vastes de façon à pouvoir respecter les normes de distanciation physique. La superficie des postes de travail individuels est revue aussi à la hausse de 20 %, précise M. Montoni. Il est toutefois trop tôt pour connaître le ratio de bureaux fermés sur la totalité des postes de travail.

Dario Montoni est résolument optimiste de pouvoir louer ses bureaux actuellement en construction. « On commence à voir les tendances, a-t-il indiqué. Les gens semblent vouloir rechercher la périphérie, plutôt que le centre-ville. On a le produit idéal directement au-dessus du métro Montmorency. »