(Ottawa) Le nouveau gouverneur de la Banque du Canada affirme que la banque centrale n’a pas l’intention d’augmenter les taux d’intérêt compte tenu de la situation économique actuelle créée par la pandémie de COVID-19.

La Presse canadienne

Le gouverneur Tiff Macklem a déclaré que la Banque du Canada se concentrera à offrir des taux d’intérêt bas dans un avenir prévisible pour soutenir une reprise économique.

Cela devrait aider à réduire le fardeau du service de la dette auxquels sont confrontés les ménages et les entreprises, a-t-il déclaré, en particulier s’ils ont contracté des prêts pour passer à travers la crise.

Les taux n’augmenteraient que lorsque le Canada serait en pleine reprise économique, ce qui prendra encore du temps selon M. Macklem.

La Banque du Canada a abaissé son taux directeur à 0,25 % — ce qui, selon elle, est aussi bas que possible — et a lancé un programme d’achat d’obligations sans précédent pour faciliter les flux de crédit sur les marchés financiers.

Tiff Macklem a fait ces commentaires mardi, lors de sa première comparution en tant que gouverneur devant le comité des finances de la Chambre des communes. Il s’agit également de sa première déclaration publique depuis son entrée en fonction le 3 juin.

« Un jour, nous passerons à travers cela, l’économie sera rétablie et les taux d’intérêt commenceront à revenir à des niveaux plus normaux », a déclaré le gouverneur Macklem.

« Mais nous sommes dans un trou profond, et ça va prendre du temps avant de sortir de ce trou. »

Lors de son allocution, Tiff Macklem a déclaré que la banque s’était concentrée au cours des premières semaines de la crise à rétablir des conditions de marché ordonné, des efforts qui semblent porter fruit avec une normalisation des conditions.

Il a déclaré que la banque se concentre désormais sur la future trajectoire de la politique monétaire, une étape importante devant être franchie le mois prochain avec la publication des perspectives économiques.

Le rapport de juillet de la banque sur la politique monétaire fournira probablement à nouveau les meilleurs et les pires scénarios pour l’économie plutôt que des chiffres précis pour le produit intérieur brut et l’inflation en raison du chemin inconnu que prendra la pandémie, a précisé Tiff Macklem.

Il a ajouté que le rapport tentera de fournir des précisions sur les risques potentiels auxquels seront confrontées l’économie et la banque en atteignant son taux d’inflation cible.

Les résultats du rapport aideront à déterminer combien de stimulants monétaires seront nécessaires et pour combien de temps, a indiqué le gouverneur Macklem.

Il a également dit qu’il s’attend à voir une croissance au troisième trimestre de l’année compte tenu de la croissance de 290 000 emplois enregistrés en mai, ainsi que l’augmentation du nombre de personnes à la recherche d’un emploi et de plus d’heures régulières de travail.

« Je pense que je pourrais voir de bons chiffres (au troisième trimestre), mais je tiens à souligner que même le scénario positif est encore mauvais », a-t-il souligné.