La grève qui avait frappé les Postes en 2018 et qui s’était terminée par une loi spéciale forçant le retour au travail vient de connaître son dénouement, alors que l’arbitre au dossier a finalement rendu sa décision sur la convention collective.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Les quelque 50 000 membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes (STTP) au pays avaient tenu une grève tournante, en octobre et novembre 2018, touchant tour à tour certaines villes et provinces dans l’ensemble du pays.

La ministre fédérale du Travail d’alors, Patty Hajdu, était intervenue, en novembre 2018, en déposant une loi spéciale qui avait forcé le retour au travail. Elle avait également nommé un médiateur qui pouvait imposer l’arbitrage.

C’est cette volumineuse décision de l’arbitre qui vient d’être communiquée aux parties.

Ainsi, la convention collective de l’unité des facteurs urbains et de l’unité des facteurs ruraux et suburbains aura une durée de quatre ans, de 2018 à 2021.

Ceux-ci toucheront des augmentations de 2 % rétroactivement au 1er février 2018, puis 2 % rétroactivement au 1er février 2019, puis 2,5 % rétroactivement au 1er février 2020, puis 2,9 % le 1er février 2021.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes était encore affairé à analyser l’ensemble de la décision, jeudi après-midi. Il est affilié à la FTQ au Québec.

Dans un message transmis à ses membres, la présidente nationale du syndicat critique encore cette décision du gouvernement Trudeau d’intervenir dans le conflit de travail avec la direction de Postes Canada.

« Le différend n’aurait pas dû être renvoyé à l’arbitrage. Les travailleurs ont droit à la libre et juste négociation collective et le retrait de ce droit nous prive de notre capacité de négocier des solutions aux problèmes qui se posent en milieu de travail », affirme la présidente nationale du STTP, Jan Simpson.

À l’époque, le gouvernement Trudeau avait affirmé être contraint d’intervenir, à cause des répercussions économiques de la grève tournante aux Postes. Elle survenait d’ailleurs peu avant les achats des Fêtes. Les parties avaient d’ailleurs passé plusieurs mois en négociation sans que celle-ci aboutisse.

Dans une déclaration transmise par courriel en fin d’après-midi, Postes Canada écrit qu’elle « tient à remercier l’arbitre pour la diligence et le professionnalisme dont elle a fait preuve dans le cadre de son travail avec les deux parties. Nous aimerions également remercier les employés pour leur patience pendant ce processus ».