Pour aider les médias québécois aux prises avec des revenus publicitaires en chute libre, le gouvernement du Québec a décidé de tripler son budget en publicité et de placer la quasi-totalité (99 %) de ses dépenses publicitaires dans les médias québécois. 

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

De la mi-mars à la fin de juin, Québec entend donc dépenser environ 30 millions de dollars en publicité liée à la crise du coronavirus dans les médias québécois (télévision, radio, journaux imprimés, plateformes numériques, affichage, par exemple), soit environ 10 millions par mois. Près de la moitié de la publicité a été placée auprès des médias régionaux, communautaires, autochtones et ethniques.

« En cette période d’état d’urgence sanitaire, c’était primordial pour notre gouvernement de s’assurer de bien informer la population et d’aider de façon importante nos médias locaux, régionaux et nationaux qui souffrent d’une baisse de leurs revenus publicitaires causée par la crise de la COVID-19. C’est une aide que nous avons déployée très rapidement, quelques jours après l’annonce de la pandémie à la mi-mars. En ces temps de pandémie, il devient d’autant plus important de prioriser nos médias québécois […] car ils sont les plus près de la population du Québec », a indiqué la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy, dans une déclaration écrite.

De leur côté, Facebook, Google et les autres géants du web (communément désignés comme les « GAFAM », pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) n’ont eu que 1 % des dépenses publicitaires du gouvernement du Québec liées à la crise du coronavirus. C’est beaucoup moins que leur part habituelle : en 2018, le gouvernement du Québec avait investi 12 % de son budget de publicité dans les GAFAM, selon une compilation du Devoir.

Le gouvernement Legault n’a pas indiqué lundi si l’allocation de la publicité gouvernementale aux médias québécois était la principale ou la dernière mesure d’aide aux médias prévue dans le cadre de la crise du coronavirus.

Autres mesures

Outre l’allocation de 99 % de la publicité gouvernementale, Québec a annoncé le traitement accéléré du nouveau crédit d’impôt de 40 % sur la masse salariale des salles de rédaction. Le financement des médias communautaires par Québec pour l’année 2020-2021 a aussi été devancé, et les médias québécois sont admissibles aux autres mesures d’aide générales du Québec, notamment des prêts aux entreprises.

À Ottawa, le gouvernement fédéral entend aussi privilégier la publicité dans les médias canadiens pour sa campagne de 30 millions de dollars sur les mesures de santé publique liées au coronavirus. Le gouvernement Trudeau a indiqué que la « vaste majorité » de ces 30 millions en publicité iront à des médias canadiens et non aux GAFAM. Ottawa travaille aussi sur d’autres mesures d’aide pour les médias canadiens.

Certains médias d’information écrits ont vu leurs revenus publicitaires chuter jusqu’à 80 % depuis le début de la crise du coronavirus. Québecor a mis à pied temporairement environ 10 % de ses effectifs (1000 employés) ; la coopérative de quotidiens régionaux CN2i (anciennement Groupe Capitales Médias), 40 % de ses employés (134 employés administratifs) ; et Cogeco, 25 % de ses employés à la radio (130 employés). Les employés de La Presse ont eu une baisse de rémunération de 14 % en moyenne pour 2020 et de 10 % pour 2021.