La crise actuelle est propice aux fraudeurs qui veulent profiter de la détresse des investisseurs, préviennent les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM), qui invitent à la prudence à l’égard des entreprises qui prétendent offrir des produits ou des services pouvant prévenir une infection au coronavirus ou encore qui veulent discuter de leurs placements.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

Dans un communiqué, l’ACVM précise que la fraude peut prendre la forme de sociétés inscrites en bourse qui diffusent de fausses informations pour faire augmenter la valeur de leurs actions. À l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin ni produit de santé naturel ayant été approuvé pour traiter la COVID-19 ou s’en protéger, rappelle l’organisme. Il faut user de prudence lorsqu’une entreprise prétend détenir une solution aidant à stopper la pandémie de coronavirus.

Des Canadiens sont la cible d’escrocs jouant avec les craintes qu’inspirent les conditions économiques actuelles pour tenter de dérober l’argent des investisseurs, ont constaté les autorités réglementaires. Les personnes qui reçoivent des mises en garde au sujet de leurs placements ou de leurs finances ne devraient jamais donner de renseignements personnels, mais communiquer elles-mêmes avec leur banque ou leur conseiller en placement.