Avec la fermeture des frontières, les travailleurs étrangers qui ont atterri mardi à Montréal sont vraisemblablement les derniers, à tout le moins pour quelques semaines, à être accueillis dans les fermes québécoises. Inquiète, l’Union des producteurs agricoles (UPA) a envoyé une lettre au premier ministre Trudeau pour lui demander de permettre à la main-d’œuvre issue d’autres pays de venir au Canada afin d’éviter que la saison des fruits et légumes ne soit compromise. Une crainte appréhendée par de nombreux agriculteurs.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Mardi matin, plus d’une cinquantaine de travailleurs saisonniers du Guatemala sont arrivés à l’aéroport Montréal-Trudeau. En soirée, 10 Mexicains ont aussi atterri. L’UPA souhaite que d’autres puissent encore débarquer au Québec. Au total cette année, 16 000 travailleurs étrangers sont attendus dans les fermes du Québec, selon la Fondation des entreprises en recrutement de main-d’œuvre agricole étrangère (FERME). Chaque année, dans la province, le nombre d’employés agricoles venus d’ailleurs augmente de 10 %. La plupart proviennent du Mexique et du Guatemala.

Dans sa lettre adressée à M. Trudeau, le syndicat a rappelé l’importance de ses travailleurs dans les fermes et les champs de la province. Du côté d’Ottawa, une déclaration commune publiée en fin de journée mardi par les ministères de l’Agriculture, de l’Emploi, de l’Immigration ainsi que Pêches et Océans n’annonçait pas de mesures d’exemption pour les travailleurs. On assure toutefois que les discussions se poursuivent. « Nous comprenons l’importance d’une main-d’œuvre stable permettant l’approvisionnement alimentaire au Canada, et nous nous engageons à apporter aux Canadiens et aux entreprises le soutien dont ils ont besoin, peut-on lire. C’est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec les parties prenantes par l’intermédiaire d’un comité mixte d’intervention d’urgence, composé des principaux acteurs de l’agriculture et de la transformation des aliments et de représentants du gouvernement. »

« On propose un protocole très strict [pour accueillir les travailleurs], assure de son côté Marcel Groleau, président de l’UPA. On va prendre les mesures adéquates pour protéger la population. »

Selon M. Groleau, la situation est critique en ce moment pour les producteurs qui doivent avoir l’heure juste.

Il faut que les producteurs sachent rapidement à quoi s’attendre. C’est maintenant que les ensemencements se font en serres.

Marcel Groleau

Gérard Trudeau, propriétaire des Fermes Trudeau à Saint-Mathieu-de-Belœil, en sait quelque chose. Il a accueilli mardi matin quatre travailleurs du Guatemala. C’est trop peu pour que celui qui produit notamment des fines herbes vendues un peu partout dans les supermarchés puisse se réjouir. Sa ferme embauche en moyenne 160 travailleurs saisonniers. « Il y en a qui devaient arriver à la fin de la semaine prochaine », raconte M. Trudeau. Il explique que les semis doivent être préparés en serres le 1er avril et qu’autour du 10 mai, celles-ci doivent être transplantées dans les champs. « Ça prend aussi du monde pour désherber. Si on ne fait pas ça à temps, on oublie ça, ça ne fonctionnera pas. »

Il souligne par ailleurs que les quatre travailleurs fraîchement débarqués ne peuvent même pas effectuer de tâche, comme la préparation des serres, puisqu’ils ont été placés en quarantaine.

Inquiet de la situation depuis la semaine passée, Francis Blouin, producteur de fraises à l’île d’Orléans, avait acheté des billets d’avion pour que les travailleurs guatémaltèques qui devaient normalement arriver à la fin d’avril atterrissent plus tôt, et ce, même s’il n’avait pas besoin de leurs services. Ceux-ci étaient finalement attendus pour mercredi, raconte M. Blouin, jour où les frontières ont été fermées.

Moins de fruits et de légumes québécois

En plus des faillites appréhendées par de nombreux producteurs, l’absence de travailleurs étrangers dans les champs risque de compromettre la saison de certaines fermes. Résultat : moins de fruits et de légumes du Québec dans les étals.

La situation n’inquiète toutefois pas pour le moment le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD), qui dit « faire confiance à l’action gouvernementale ».